M. le président de la République, nous n’avons pas d’eau !

Dakarmidi – Monsieur le président

Depuis quelques mois l’eau potable est devenue une denrée précieuse rare pour beaucoup de citoyens qui se réveillent dans la région de Dakar.

Ce manque d’eau accentué par la forte chaleur met les citoyens dans une situation difficile voire insoutenable quelques fois .

La date fatidique du 20 juillet est dans tous les esprits et l’espoir de revoir l’eau couler est un sentiment partagé de tous les dakarois avec les fameux projets KMS et le projet de désalinisation qui devrait résoudre le problème théoriquement d’une manière définitive dans le futur.

Monsieur le président c’est bien de chercher des solutions mais ma réflexion d’observateur et un diagnostic plus approfondi me mènent à pousser la réflexion beaucoup plus loin car à mon avis toutes les solutions envisagées jusqu’à présent ne sont que provisoires au vu de la croissance vertigineuse de la population dakaroise.

Monsieur le président le vrai problème que personne n’ose admettre est que DAKAR est arrivé à saturation et ne peut plus contenir sa population sur tous les plans.

L’excès d’investissement , une fécondité alarmante , une exode rurale continue et une immigration des pays voisins , aggravés par la configuration de presqu’île faisant que la région de dakar ne puisse pas s’agrandir géographiquement , a conduit à cette situation de saturation qui, si on n’y prend garde sera un cocktail molotov a détonation imprévisible.

Aujourd’hui c’est la question Eau , demain ce sera la question assainissement où les eaux usées sont évacuées à ciel ouvert depuis quelques années mais cette situation est heureusement atténuée par la faiblesse des précipitions de ces dernières années et une périodicité saisonnière des pluies

Les problèmes de logements et la promiscuité ont fini de faire de la capitale un espace de mal vivre ou l’insécurité règne en maître.

La forte densité et les situations conflictuelles et contradictoires au quotidien ont fini de transformer Dakar en un melting-pot qui a eu une urbanisation en déphasage avec la croissance harmonieuse requise pour une vie saine et paisible.

Suivront d’autres problèmes structurelles , sociaux auxquels nous ne pouvons plus échapper arrivés à ce niveau.

Monsieur le président la question de l’Eau est un indicateur de saturation qui devrait vous conduire à un changement radicale de votre politique d’investissement.

Vos conseillers en planification ne comprennent ils pas que la plus petite région du Sénégal ne peut plus contenir le tiers de sa population ???

Monsieur le président je demeure de plus en plus convaincu que le projet de Diamniadio est une des plus grandes erreurs du Sénégal indépendant et ne fera qu’accentuer les problèmes cruciaux auxquels la région de Dakar est confrontée.

Réaliser de grandes infrastructures c’est bien mais quand les facteurs espace et temps ne sont pas au rendez vous on ne récolte que de belles choses inefficaces pour les problèmes auxquelles nous devons faire face.

Une densité insupportable est source de problèmes mais quand techniquement une extension géographique ne peut se faire que par l’entrée d’une région presqu’île il n’est pas logique d’y investir des infrastructures qui attireront du monde et ce n’est pas évident que le désengorgement escompté puisse prospérer parce qu’elle n’attirera pas systématiquement la population ciblée . Le résultat sera l’émergence de bidonvilles à cause d’infrastructures base-vie non adaptées au niveau de vie que requièrent de telles infrastructures.

Monsieur le président le prochain mandat présidentiel devrait être celui d’une ré-harmonisation de l’espace géographique sénégalais et le premier chantier devrait être celui de vrais investissements incitatives pour les autres régions du Sénégal.

Monsieur le président , Vous me direz sûrement que le PUDC a fait de gros investissements , mais une solution pérenne serait de soulager les populations et en même temps attirer d’autres populations par des délocalisations massives et des investissements incitatives dans les autres régions du Sénégal qui a mon avis ont subi depuis les indépendances une injustice sociale.

Quand en 2018 vivre à Dakar qui étouffe devient une nécessité pour une réussite sociale il y a beaucoup à réfléchir monsieur le président.

Pensez y pendant vos congés annuels et Bon courage monsieur le président.

Abdou Ndiaye

La rédaction