L’industrie alimentaire une zone de non droit !

Dakarmidi  – Le collectif des travailleurs licenciés de SATREC VITALAIT SOTRAPAL et la délégation exécutive de FRAPP dans le département de Dakar (FRAPP/Dakar) dénonce la situation qui est faite aux travailleurs de l’entreprise Satrec Vitalait Sotrapal.

A SATREC VITALAIT SOTRAPAL :
-les travailleurs n’ont pas de bulletins de salaire depuis plusieurs mois
-n’ont pas d’heure supplémentaires,
– les cotisations IPM et Ipres ne sont pas versées,
-il n’y a pas d’avance Tabaski,
– certains travailleurs qui vont en congé ne sont pas payés.
-la direction refuse la syndicalisation et il n’y a pas de délégué du personnel,

A SATREC VITALAIT SOTRAPAL, il y a une politique consistant à pousser les travailleuses à la rue car la direction estime qu’elles accouchent trop.

De 2019 à nos jours, au moins 50 travailleurs ont été arbitrairement licenciés pour des raisons mensongères.

Chaque fois que des travailleurs parlent de syndicat, ils sont licenciés. Les conditions sociales sont tellement dures que Moustapha Ndiaye, ancien travailleur a tenté de s’immoler devant le palais présidentiel.

Le Collectif des travailleurs arbitrairement licenciés de SATREC VITALAIT SOTRAPAL et FRAPP/Dakar demandent :
-le paiement des arriérés de salaires, heures supplémentaires, indemnités de congé
-la régularisation à l’Ipres, à la caisse de sécurité sociale
-le remboursement des cotisations IPM
-les bulletins de salaire de mai 2019 à juillet 2020

Le Collectif des travailleurs de SATREC VITALAIT SOTRAPAL et FRAPP/DAKAR interpellent le ministre du travail.
Comment le ministre du travail membre d’un parti politique dont le nom est Parti de l’indépendance et du travail et qui se réclame du communisme peut-il assister à l’oppression de ces travailleurs ? Au-delà des travailleurs de la SATREC VITALAIT SOTRAPAL , il y a les travailleurs de Pcci (14 mois sans salaire), les travailleurs de ABS (52 mois sans salaire), les travailleurs des autoroutes ILA Touba et AIBD-Mbour licenciés arbitrairement, il y a la situation des travailleurs de Twyford…qui montrent qu’il n’est pas bon aujourd’hui d’être un travailleur au Sénégal tellement leurs droits sont piétinés au vu et au su de tout le monde.

Le Collectif des travailleurs licenciés de SATREC VITALAIT SOTRAPAL et FRAPP/Dakar interpellent les organisations patronales particulièrement la CNES dont la SATREC VITALAIT SOTRAPAL est membre sur les dérives inacceptables de son PDG Chaouki Haïdous contre les travailleurs.

FRAPP/Dakar et le collectif des travailleurs arbitrairement licenciés de SATREC VITALAIT SOTRAPAL dénoncent l’instrumentalisation de la gendarmerie qui est utilisée à des fins privés par Chaouki Haidous quand il met arbitrairement les travailleurs à la rue.

Si les travailleurs licenciés ne sont pas rétablis dans leurs droits dans les meilleurs délais, FRAPP/Dakar et le collectif des travailleurs licenciés de SATREC VITALAIT SOTRAPAL vont mener une campagne de boycott contre tous les produits de SATREC VITALAIT SOTRAPAL.

– Collectif des travailleurs licenciés de Satrec Vitalait SOTRAPAL
– FRAPP/Dakar

Dakar, le 15 septembre 2020

Laisser un commentaire