Les paroles profondes du patriarche de Ndengler – «Ce que je leur ai dit.…»

Dakarmidi  – Le vieux Abdoulaye Dionne, ancien chef du village de Ndengler, a certainement son avenir derrière lui. Mais, il reste la figure de proue de la résistance que des populations de sa localité opposent à Babacar Ngom et la Sédima. Le vieil homme, qui s’est exprimé sur les derniers développements ce dimanche, a craché ses vérités.

«Je le leur ai dit hier. Babacar Ngom ne peut pas me forcer à recruter mon enfant dans sa société. Donc Babacar Ngom ne doit pas nous imposer à ce qu’il entre dans nos terres. Ce sont des terres que nous détenons de nos ancêtres, personne ne nous amènera à mettre une croix dessus. Il veulent nous faire déménager. Mais nous ne le ferons pas. C’est Babacar Ngom qui nous a trouvés ici, sur nos terres. S’il devait y avoir déménagement, c’est lui qui doit partir. Qu’il s’en aille et nous laisse nos terres.

Nous avons entendu que Babacar Ngom nous a prêté des terres. Nous aurons honte d’accepter une telle chose. Nous ne perdrons jamais notre dignité en acceptant cela. Au contraire, c’est nous qui devions lui en prêter. Maintenant, si c’est Macky Sall lui-même qui lui donne nos terres, c’est son affaire. Nous, nous garderons notre dignité. S’il veut, qu’il lui donne nos terres, puisque Babacar Ngom représente plus à ses yeux, que nous populations.

Nous irons dans nos champs, advienne que pourra.

Pourtant, quand Me Oumar Youm faisait son meeting à côté, tout le monde y avait assisté. Seuls les vieux étaient restés au village pour s’occuper du bétail. Ce jour-là, Oumar Youm avait dit qu’il faut ’’laisser les paysans avec leurs terres’’. Ces propos m’ont tellement plus ce jour là que je n’ai pas diné. Mais aujourd’hui ils ont oublié cela. Ils veulent nous prendre nos terres de  force.

La dernière fois, quand nous sommes allés sur les terres, nous avons vu que les machines poursuivaient les travaux. Ce qui ne devait pas être le cas. Il tracent des voies et abiment les champs. Ils nous font subir cela parce que nous sommes démunis. C’est de l’esclavage pur et simple. Car nous, nous ne comptons que sur l’agriculture. Si Macky lui donne nos terres c’est son problème. Mais il sera plus facile que Macky lui donne notre foncier que Babacar Ngom nous prête des lopins de terre. Nous ne l’accepterons pas. Passé ce lundi, nous allons tous nous mobiliser. Nous irons dans nos champs. Advienne que pourra.»