« L’ère de la révolte » s’ouvre avec l’élection de Souleymane Téliko à la présidence de l’Union des Magistrats du Sénégal

Dakarmidi – Le magistrat Souleymane Téliko a été porté, samedi, à la tête de l’UMS (Union des magistrats du Sénégal), pour un mandat de deux ans renouvelable une seule fois, en remplacement du juge Magatte Diop, à l’issue d’une assemblée générale ordinaire qui s’est tenue à Saly-Portudal (Mbour, ouest). Ce magistrat connu pour ses prises de position « rebelles », a remporté le scrutin devant le président sortant Magatte Diop et l’avocate générale près de la Cour suprême Marième Diop Seck.

Souleymane Téliko est un magistrat qui s’est fortement illustré dernièrement dénonçant le fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature (Csm) notamment son opposition aux consultations à domicile dans la gestion des carrières des magistrats.
Toutefois, le nouveau président de l’UMS s’est engagé à servir la justice et à relever les défis, tel que le renforcement de l’indépendance de la justice, l’instauration de la transparence dans la gestion des carrières des magistrats et l’amélioration des conditions de travail des magistrats avec l’aide des acteurs, de la chancellerie, des chefs de cour, etc.

Si les uns affirment avoir voté pour lui à cause de sa foi en Dieu et sa conviction spirituelle dans le jugement des hommes, les autres ont choisi l’homme et le juge pour sa compétence et son intégrité dans le travail et la cause des pairs. L’élection de Souleymane Téliko à la tête de l’UMS ouvre ainsi une « ère de révolte ». Ce qui risque de faire perdre des points à Macky Sall dans la magistrature.

La Rédaction