Le sport, c’est de la politique (Par Guy Marius Sagna)

Dakarmidi – On peut en user comme opium du peuple et mettre en avant un modèle individualiste et exploiteur.
On peut en user comme éducateur progressiste, comme activité participant à la politique de santé d’un pays, comme activité participant à la politique de mise en avant du collectif, comme activité d’édification et de consolidation d’un peuple fier, fort, qui ne se rabaisse devant rien ni personne et qui comprend que si ses 15 millions de citoyens sont une équipe, son Sénégal est un parmi les 54 autres joueurs avec lesquels ils doit constituer une équipe, que son Afrique doit travailler à être un parmi les 5 autres continents avec lesquels elle doit tout faire pour constituer une equipe afin de sauver la vie sur terre ce qui passe par une politique différente de celle imposée par le capitalisme et donc l’impérialisme.

Le sport au Sénégal est le membre malade d’un corps malade.

Merci à des citoyens comme Sadio Mané de nous faire rêver, de nous rappeler que c’est possible, de nous faire entrevoir le Sénégal pour lequel nous nous battons. Un Sénégal de victoires, victoire sur le néocolonialisme, victoires sur la pauvreté et le sous-développement.

La lutte continue.
Les peuples vaincront.

Guy Marius Sagna