Le Groupe Sonatel réalise un chiffre d’affaires de 1206 milliards

Dakarmidi – En 2020, le chiffre d’affaires de la Sonatel équivaut au ¼ du budget du Sénégal, avec un bénéfice de 201 milliards. Mais le groupe est en difficulté à Dakar avec une concurrence féroce de Free.
Le Groupe Sonatel se porte très bien. En 2020, l’opérateur de téléphonie a réalisé un chiffre d’affaires de 1206 milliards, soit une hausse de 28 milliards en valeur absolue et 2,3% en valeur relative par rapport à 2019. Les chiffres ont été révélés, ce vendredi, à travers un webinaire de présentation du bilan annuel. A l’image du chiffre d’affaires, le bénéfice qui s’élève à 201,3 milliards en 2020 connaît aussi une évolution de 3% comparé à 2019.
Quant à la marge opérationnelle dite EBITDA (bénéfice avant intérêt, impôts et amortissement…), elle est de 519,2 milliards FCFA grâce à une progression de plus de 37 milliards FCFA. Une marge qui s’explique essentiellement par une maîtrise des charges opérationnelles.
Ce résultat, Sonatel le doit surtout aux filiales des autres pays, car l’opérateur, bien que leader avec 55% de parts de marché, a connu un recul au Sénégal. « Cette croissance est tirée par tous les pays du groupe sauf le Sénégal impacté par la baisse de valeur du marché induite par l’environnement concurrentiel agressif combiné aux effets de la pandémie covid et la Guinée Bissau où la morosité de l’économie se poursuit », détaille le groupe dans un communiqué.
Sékou Dramé : « Dans cette guerre des prix, il n’y a pas de gagnant »
Au Sénégal par exemple, le chiffre d’affaires est de 496 milliards de FCFA en 2020, soit une décroissance de -2,9% que la Sonatel impute à une baisse de -4,6% du marché « liée à l’agressivité du cadre concurrentiel ». Le salut vient donc du Mali, de la Guinée Conakry et de la Sierra Léone.
De quoi amener le directeur général du groupe Sékou Dramé à regretter la concurrence au Sénégal. « Dans cette guerre des prix, il n’y a pas de gagnant. On dit que le consommateur est le vainqueur, mais si les investissements ne se font pas, même le client est perdant », soutient-il.
Cependant, malgré les difficultés imposées par Free, La Sonatel se réjouit d’avoir franchi la barre symbolique des 10 millions d’abonnés mobiles. Et malgré le contexte de Covid-19, elle a eu plus d’un million de nouveaux clients en 2020, « représentant 85% des nouveaux clients du marché ».
Par ailleurs, la tendance observée depuis quelques années par Sonatel se poursuit. En effet, en 2020 également, la croissance est portée par les données mobiles (23,6% du chiffre d’affaires) et Orange money (12,5%) au détriment de la voix et de l’international. Ce dernier service est passé de 25% il y a quelques années à 5,8% en 2020. Ce qui veut dire que la diaspora n’utilise plus les appels téléphoniques pour parler aux parents restés en Afrique.
En outre, le groupe dit avoir investi 204,4 milliards en 2020. « Sonatel exprime sa volonté de rester un groupe qui investit dans les pays où il opère », déclare Sékou Dramé. Ce dernier a également exprimé la volonté de son entreprise à participer à la transformation digitale de l’Afrique de l’ouest, qui, à son avis, n’a aucune excuse pour être en retard dans ce domaine.