La réaction des avocats au procès en appel de Khalifa et Cie en exergue

Dakarmidi – La décision des avocats de la Khalifa Sall de se retirer du procès en appel du maire de Dakar et de ses coaccusés est largement commentée par les journaux de ce jeudi 26 juillet 2018.
Lundi, les avocats du maire de Dakar ont annoncé dans un communiqué leur retrait du procès en appel dans l’affaire dite de la Caisse d’avance en réaction à la décision du président de la Cour d’appel de Dakar de joindre au fond du dossier les exceptions de nullité soulevées par les conseils des prévenus.
Le juge Demba Kandji n’a pas notamment donné une suite favorable aux demandes d’annulation de la procédure ayant abouti à la condamnation en première instance de l’édile de la capitale à cinq ans d’emprisonnement à une amende de cinq millions de francs.
Les conseils du maire de Dakar et de ses coaccusés s’étaient appuyés sur un arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest) qualifiant ‘’d’inéquitable’’ le procès en première instance tout en pointant le non-respect du droit à assistance d’un avocat lors de l’ouverture de l’enquête de police.
‘’La défense claque la porte’’, livre ainsi à sa Une Le Témoin. ‘’Les avocats de la défense ont déploré le rythme inédit imposé au procès du maire de Dakar, les nombreuses manifestations de partialité qui transparaissent dans les décisions déjà rendues contre leur client et dans les débats d’audience’’, rapporte le journal en reprenant les arguments soulevés par les conseils de Khalifa Sall.
‘’La défense se retire’’, titre L’AS. Selon ce quotidien dakarois, le juge n’a pas l’intention d’arrêter les poursuites contre Khalifa Sall et ses co-prévenus. ‘’Après avoir rejeté l’exception d’inconstitutionnalité, le président de la Cour d’appel a décidé de joindre au fond les autres exceptions. Une décision qui a mis hors d’elle la défense qui, pour marquer sa désapprobation a définitivement quitté l’audience’’, souligne le L’AS dans ses colonnes.
Semblant déjà tiré les conséquences de cette décision des avocats de la défense, La Tribune évoque à sa Une : ‘’L’Etat seul dans +son+ procès’’ pour illustrer la situation engendrée par cette décision. Et pour le journal Evidence, le ‘’principe de la contradiction est hypothéqué’’ par le boycott de la défense qui va faciliter ‘’le boulot du juge et du procureur’’.
Les publications s’interrogent ainsi sur la nouvelle posture du maire de Dakar après le retrait de ses conseils.
Et Le Quotidien anticipe déjà la réponse en affichant une photo de Khalifa Sall tenant un papier accompagné du titre :’’ Khalifa ouvre sa caisse à l‘avance’’ après le boycott de ses avocats. Il en est également ainsi de Vox Populi qui annonce : ‘’Une déclaration très attendue du maire de Dakar, aujourd’hui (jeudi).
La fin des débats sur les exceptions des parties au procès entraine le début des interrogatoires et la possibilité pour les prévenus de s’exprimer.
D’autres journaux ont préféré entretenir leurs lecteurs des péripéties et développements liés au manque d’eau courante dans des quartiers de Dakar consécutivement à la diminution des capacités de production de l’usine de traitement de Keur Momar Sarr, dans la région de Louga, en raison de travaux d’entretien qui y sont cours.
C’est le cas de Le Soleil qui annonce à sa Une la tenue d’un ‘’Conseil présidentiel sur l’approvisionnement en eau potable’’.

Rendant compte du Conseil des ministres tenu mercredi, Le Quotidien a insisté sur l’invite faite par le président de la République à son gouvernement de mettre en place un dispositif ministériel de suivi de la sécurisation durable de l’approvisionnement en eau des populations.

Selon le journal, ce Conseil présidentiel sur l’approvisionnement en eau permettra de faire la situation et les perspectives de développement du secteur de l’hydraulique rurale et urbaine.
Enquête de son côté met l’accent sur ‘’Les non-dits d’une pénurie’’. Selon le journal, au-delà de la pénurie qui sévit dans la capitale sénégalaise se livre une ‘’lutte acharnée et implacable’’ pour s’adjuger le contrat d’affermage de la Sénégalaise des eaux (SDE, société de distribution) qui est arrivé à expiration.
’’Des piques sans merci entre le ministère de tutelle et les principaux adjudicataires (candidats) déteignent sur la situation actuelle’’, soutient Enquête.
La politique est parvenue à sa glisser dans la livraison des quotidiens à travers notamment Wal Quotidien qui évoque les réactions suscitées dans le camp du pouvoir par la candidature annoncée de l’ancien Premier ministre Chiekh Adjibou Soumaré à l’élection présidentielle de février 2019. ‘’Macky lâche sa meute’’, affiche ainsi à sa Une le journal.
La rédaction