La direction du Commerce Extérieur lance le « Projet Intégration du Commerce »

Dakarmidi- Le bon déroulement du commerce dans un pays rime avec des idées et stratégies qui facilitent son émergence, mais aussi des techniques et méthodes adaptées à la marche de notre époque tournée vers les technologies de l’information et de la communication.

Ainsi dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Cadre Intégré Renforcé (CIR), la Direction du Commerce Extérieur a obtenu un fonds d’Affectation du CIR, un financement pour une étude portant « Projet de l’intégration du Commerce : formulation et soutien à la mise en œuvre d’une stratégie de développement et de promotion des exportations de services (composante 1), et d’une stratégie de développement du commerce électronique au Sénégal (composante 2) ».

Et dans l’optique d’assurer une mise en œuvre efficiente et une appropriation de ce projet par l’ensemble des parties prenantes, le Ministère du Commerce, de la consommation, du secteur informel et des Pme à travers la Direction du Commerce Extérieur (DCE) en collaboration avec l’Unité Nationale de Mise en œuvre du Programme Cadre Intégré Renforcé a tenu ce matin un atelier de lancement officiel de l’étude portant : « Projet Intégration du Commerce » aux résidences Mamounes.

L’objectif de cette activité est de permettre aux parties prenantes (Ministères sectoriels, Entreprises et acteurs évoluant dans les services et le commerce électronique, Organisations patronales, la société civile, etc.…) de s’approprier des 2 stratégies aussi bien dans la formulation que la mise en œuvre.

Nous rappelons que le secteur des services est l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie sénégalaise avec une croissance annuelle de plus de 5% depuis 2014, une contribution à la formation du produit intérieur brut à hauteur de 59% en 2012, une concentration de 70,5% de la valeur ajoutée et 43% de la population active.

Une même situation notée pour le commerce extérieur qui est un secteur à fort potentiel de création de la valeur ajoutée pour le Sénégal.

Ce lancement du projet a permis au cours de l’atelier l’intervention d’acteurs, représentants et partenaires présents pour contribuer ou poser des questions sur certains soucis et inquiétudes concernant la qualité du travail qui doit aboutir à l’exploitation du potentiel de la valeur ajoutée que constituent ces deux composantes.

La Rédaction