La BM débloque plus de 100 milliards pour l’énergie et les Tic

Dakarmidi – La Banque mondiale annonce avoir approuvé un crédit de plus de 100 milliards de francs CFA, soit 180 millions de dollars américains, « destiné à soutenir les efforts du gouvernement sénégalais visant à renforcer le cadre politique et institutionnel des secteurs de l’énergie et des technologies de l’information de la communication (TIC) et à créer une économie numérique durable ».
Selon un communiqué reçus par l’Aps ce mercredi 19 décembre 2018, ce crédit de l’Association internationale pour le développement (IDA) vient en soutien des efforts du gouvernement au cours des 18 derniers mois.
« Il a ainsi permis de renforcer la gouvernance et la gestion du secteur de l’énergie afin de réduire les coûts, d’améliorer la fiabilité et de faciliter un accès plus équitable à l’électricité. Il a également soutenu les mesures prises pour renforcer le cadre juridique et réglementaire du secteur TIC pour promouvoir la concurrence, les investissements et un accès plus équitable. Enfin, il a appuyé les efforts visant à renforcer les fondements politiques, institutionnels et financiers de l’économie numérique », peut-on lire.
La Banque mondiale précise que cet appui a été approuvé avant le Groupe consultatif de Paris pour le Sénégal, tenu lundi et mardi, lors duquel l’institution financière internationale, par la voix de son vice-président pour la région Afrique, Hafez Ghanem, a annoncé une contribution de 3,5 milliards du Groupe de la Banque mondiale au Plan d’actions prioritaires (PAP) du PSE.
Louise Cord, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal, souligne qu’au Sénégal, l’énergie demeure « coûteuse et vulnérable aux fluctuations des prix du pétrole », sans compter que son accès en milieu rural « n’est également pas très élevé (40%) ».
« Dans ce contexte, le programme de réformes soutenu par l’appui budgétaire a permis de renforcer la situation financière de la compagnie d’électricité et de préparer une transition rapide vers l’utilisation du gaz pour la production d’électricité, ce qui constitue le meilleur moyen de réduire les coûts de l’électricité », lit-on dans le communiqué citant Mme Cord.
Selon Paolo Zacchia, chargé de programme à la Banque mondiale, « avec les mesures prises dans le secteur de l’énergie, le gouvernement a sécurisé le dispositif institutionnel de financement du secteur de l’électricité, et a établi une stratégie pour la transition énergétique vers le gaz naturel avec une claire répartition des rôles entre le secteur public et privé ».
Concernant l’économie numérique, le Sénégal s’est doté d’un nouveau Code de télécommunications pour renforcer la qualité de la gouvernance du secteur des TIC, et améliorer la concurrence, relève la même source.
Dans ce cadre, le gouvernent sénégalais « a aussi créé un Conseil national du numérique pour impulser la mise en œuvre des projets de la Stratégie Sénégal Numérique 2025, +comme la mise en concession ouverte et transparente de la capacité excédentaire du réseau public de l’ADIE ».
La rédaction