Khémess ou le prix d’un amour fou (Par Shasty)

Dakarmidi- Ta présence dans les parages a troublé son sommeil, une folle insomnie le hante, jamais au paravant elle n’a songé voir un tel événement briser son assiette. Les étoiles sont devenues folles aliénées se bousculant sans raison aux portillons de ses yeux dont les larmes de l’amour avaient assiégé. Son courage, sa sérénité, son coeur et sa force ont été mis à rude épreuve, preuve de son affliction. Devant l’envers du décor, en une apocalypse, ils ont finalement cédé à plus fort qu’eux, l’amour.

Khemess se confie, le visage hâlé, les larmes ont fendu ses yeux, le corps svelte, la pelte aux hanches, la velte à la main pour jauger cet amour fou, auparavant imprimé doux.

Dans cette rue calme à Diakhao, où sillonnent ces troubadours excités dans leur inspiration, ton parfum a vaincu ses narines, elle ne sait même pas à quel moment de la journée es-tu passé, tellement la fragrance est forte, cohorte de souvenance.

Elle a frappé à toutes les portes, te cherchant, nulle part ailleurs, de sa fenêtre à moitié ouverte, elle a glissé sa tête, ses yeux fracassés par l’émotion, hélas, tu n’étais plus dans cette rue, marquée par tes essences extraites des fragrances de Yenguélé et par les cantiques de Mame Ndew sur les rives de Mbam accompagnés de ces pilons au lointain à Sibassor

Elle a compté tes pas, écouté le battement inlassable de ton cœur, ta silhouette s’est éloignée de sa demeure, laissant derrière elle un être blessé, qui agonise devant l’amour, qui veut en donner et qui attend aussi, toujours d’en recevoir.

Hélas, l’amour lui a joué un sale tour, inoubliable, dans la cour des recours. Elle est assise sur ces carreaux vernis depuis ce matin à la serpillière tissée à Ndorong, témoin de l’histoire de sa demeure et de son amour pour toi, et pour cette île lointaine qui scelle cette union à double faces.

Elle se déteste de t’avoir aimé, pourquoi toi d’ailleurs, et pas un autre? Sa voix aphone, sa douleur profonde comme si un membre de son corps lui a été fatalement arraché.

À chaque fois que la nuit lui conseille, l’aube à son annonce chamboule ses plans issus de ces suggestions. Aimer, ce qu’elle ressent est même plus fort que ce petit mot, qui est loin de signifier ce qui lui arrive et qui ronge son cœur. Elle veut rester naturelle face à toi, te séduire sans tricher, nager dans tes eaux sans broncher et joncher librement les rues de Passy. Passy cette autre terre, royaume de son enfance.

Elle a rongé toutes ses ongles en pensant à toi, s’exposant de fait aux panaris. Et voilà qu’enfin, la nature lui révèle le secret de ton silence, elle file tout droit vers la dépression.

As-tu un coeur qui peut toujours aimer, lutter, pardonner et se taire dans la marche? Elle a frappé aux portes de ton coeur, pensant que quelqu’un les ouvrirait afin qu’elle puisse s’y glisser. Elle a tenté le diable, elle a tiré le taureau par ses cornes rien que pour te prouver qu’elle était folle de toi. Tu n’es ni le diable encore moins Satan, elle ne voit que ce visage de sain qui la tourmente et la prive d’agir au moment où le coeur s’exprime et se lamente.

Tous ceux qui la regardent d’un œil compatissant veulent la faire revenir à la raison, or la raison ne se trouve pas dans l’amour qu’elle te voue, elle est ailleurs. Elle est implacable avec ses ailes, sa robustesse est synonyme de sa souffrance.

Elle a convaincu le temps de ne point la juger. Sa haine d’aujourd’hui n’est qu’amour, sa rage de demain n’est que passion et son passé sur les terres de l’amour, odyssée du vent, n’est que pure souvenance immaculée, immortelle, emmêlée dans ses entrailles.

Elle a envie de monter sur ce cheval et de galoper sans arrêt à la vitesse du pur sang arabe, mais le crépuscule est déjà là à nos portes à la mater d’un regard de loup, à vouloir la cerner, elle, rebelle qu’elle est devenue par ta faute. Elle a laissé l’amour se glisser dans son coeur sans qu’elle ne se soucie des conséquences qui allaient découler de cette outrecuidance.

Le sable fin de Diender sur lequel elle avait marché à tes côtés, un temps de week-end retentit encore dans ses oreilles, tes mots doux que tu y as semés, tes câlins et ton sourire exquis ont même séduit le coq qui a dû différer son chant de l’aube au crépuscule, à l’heure où s’éclipse cet arc-en-ciel à l’horizon de l’Atlantique. Elle a capté en haut vol l’amour, tissé en filigrane sur les terres sereres à Fayaako. Khemess a baissé la garde!

Elle n’a pas confondu l’amitié à l’amour, et le disque qui lui a permis de lire ses sons mastérisés n’est pas non plus rayé. L’amour est-il un chemin risqué pour celui qui cherche à voyager en paix? Tu as terrassé les plus grands hommes de ce monde, tu as réveillé les plus grands conflits de la planète et tu as éteint les tensions les plus ardentes. Khémess t’aime ou c’est l’effet du sel de mer qui la pousse à délirer?

Elle sait aussi que tôt ou tard tu la terrasseras sans pitié. L’amertume et la déception se faufilent entre ses mains, le soldat de l’amour qu’elle est ne doit pas baisser les bras.

Tu as semé le chaos dans son coeur pour faciliter ton invasion dans son esprit, car tu savais qu’il lui serait plus facile de s’oublier que de t’oublier. La découverte du graal pour elle n’a cependant pas empêché la flamme de l’amour qui vous lie de s’éteindre

L’amour est un combat éternel que les grands hommes ont mené avec hauteur qu’importe leur rang social. Le fer qu’était son mental s’est fondu comme du beurre au soleil, elle n’a plus besoin de se culpabiliser car le coupable, dit-elle, il faut le chercher ailleurs.

Penser à toi a absorbé son sommeil et l’a placé dans une insomnie qui la ronge à petit feu. Elle n’a plus de force face à l’amour qui la bâillonne. Elle n’arrive même plus à dessiner ton visage les yeux fermés tellement meurtrie par tes actes. Aujourd’hui sa force, elle la puise dans le salut du sceau, inégalé dans son endurance.

Si fou son roi, si doux ses câlins. Si jalouse elle est, si généreuse elle est décrite. Son amour a un prix, il te faut l’acquérir à tout prix. Elle traversera ces buissons même tard dans la nuit, elle affrontera tout obstacle pour devenir la reine de ton cœur. La couronne de reine qu’elle portera jusqu’à la fin de sa vie. Elle ne te lâcherai jamais car elle a décidé de t’élever suivant la trajectoire de son âme et coude à coude avec toi sous terre. Seul l’amour est capable de tels faits. À elle son fidèle destrier sur les surfaces intergalactiques.

Shasty