Infrastructures :La BAD finance le pont du fleuve GAMBIE. Lisez bien, qui était président du Sénégal …

#Infrastructures :La BAD finance le pont du fleuve GAMBIE. Lisez bien, qui était président du Sénégal … Madické était ministre des affaires étrangères de Wade, et l’enfant prodigue Karim, le fils qui ne trahira jamais son père était celui de la coopération internationale et des infrastructures.
—————-

La Banque africaine de développement (Bad) va financer la construction du pont transgambien et l’amélioration du passage transfrontalier à hauteur de 107,4 millions de dollars soit 53,7 milliards de francs Cfa. C’est un vieux rêve du Sénégal qui va ainsi se réaliser.
Le conseil d’administration de la Banque africaine de développement (Bad) a approuvé le financement du projet de construction du pont transgambien et l’amélioration du passage transfrontalier à hauteur de 107,4 millions de dollars, lit-on sur le site de l’institution bancaire. Ce financement est accordé par le biais du Fonds africain de développement, qui est le guichet à taux bonifié du groupe de la Bad. L’enveloppe comprend un don de 102,3 millions de dollars et des ressources concessionnelles de 5,1 millions de dollars, précise-t-on. L’exécution du projet est prévue sur une période de cinq ans, allant de 2012 à 2017. « Le projet permettra de mener à bien les plans élaborés par les gouvernements de la Gambie et du Sénégal depuis plusieurs années pour rapprocher les régions septentrionales et méridionales de chacun des deux pays. Il permettra de promouvoir la libre circulation des personnes, des biens et des services entre eux et les autres pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest », estime la Bad qui rappelle que le fleuve Gambie n’a pas de point de passage fixe et sûr. Les passages se font par bac transbordeur, tandis que les conditions routières sont mauvaises. La situation des voyageurs est rendue compliquée par les procédures douanières qui sont souvent longues et coûteuses. Compte tenu de ces difficultés, la Bad espère que « le projet permettra de relever ces défis en améliorant le transit et l’accessibilité des communautés de la zone du projet. Il permettra de réduire les coûts de transport et la durée des voyages. Il contribuera de manière non négligeable au développement des pays grâce à l’amélioration des infrastructures de transport, de la compétitivité et au partage de la croissance économique ».

Atteindre les objectifs économiques

Le président de la Bad, Donald Kaberuka, a fait savoir que le projet est conforme aux domaines clés de concentration de la banque en matière d’infrastructures et d’intégration régionale. «Le Groupe de la Banque africaine de développement peut financer la construction de ponts et de routes, mais il faut une volonté politique pour que ces infrastructures atteignent leurs objectifs économiques et réduisent la pauvreté dans la population», a dit M. Kaberuka sur le site de la Bad. La construction d’un pont sur le fleuve Gambie est un vœu des autorités sénégalaises qui tarde à se réaliser. Les autorités du Sénégal et de la Gambie ont fréquemment émis, lors de leurs rencontres, leur engagement en faveur de l’édification d’un pont pour faciliter la traversée mais aussi et surtout pour désenclaver la Casamance. Lors du vote du budget de son département par les députés en novembre dernier, le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Madické Niang, faisait état du soutien de la Bad pour la construction de l’ouvrage et ajoutait qu’il « ne reste que les négociations avec Banjul ». De retour d’un voyage à Banjul en 2010, le président Abdoulaye Wade faisait état d’un accord avec ce pays voisin enclavé dans le Sénégal, précisant que le fait de savoir à qui appartient le pont « n’a aucune importance », « l’essentiel, c’est qu’il serve de trait d’union et de voie de passage aux populations, tout en participant à l’intégration africaine ». La traversée de la Gambie est souvent vécue par les voyageurs et les transporteurs comme source de tracasseries, poussant ces derniers à opter parfois pour le contournement de la Gambie en guise de contestations.

Photo illustration : Karim Wade ministre des infrastructures et le président de la Bad Donald Kaberuka