Importation de sucre : ‘’La Css ne doit point se plaindre des Dipa, pour n’avoir pas joué pleinement son rôle’’ (ingénieur financier)

Dakarmidi  – Contrairement à son goût, le sucre est au cœur d’un débat amer ! Le produit fait l’objet de protestations et d’empoignades ces derniers temps au Sénégal, entre la Compagnie sucrière sénégalaise (Css), les commerçants et la tutelle. Les Déclarations d’importation des produits alimentaires (Dipa), délivrées par le ministère du commerce, sont à l’origine de cette polémique.
 
La Css, seule industrie de ce produit implantée au Sénégal, dénonce une délivrance excessive de Dipa qui, selon elle, est à l’origine d’une perte du chiffre d’affaires énorme et menace des milliers de travailleurs.
 
Si l’usine du groupe Mimran demande l’arrêt des Dipa, certains acteurs de la filière soutiennent le contraire. ‘’La Css ne doit point se plaindre des Dipa accordées aux commerçants sénégalais, pour n’avoir pas joué pleinement son rôle d’approvisionner correctement le marché. Il est donc temps de mettre fin à cette polémique entretenue par la Css’’, a déclaré Driss Diallo, ingénieur financier, dans un communiqué.
 
Selon ce dernier, ‘’la principale doléance des consommateurs et commerçants sénégalais, aujourd’hui, auprès du président Macky Sall, c’est vivement l’essor de nouvelles industries nationales du sucre’’.
 
Pour l’expert financier, après près de 50 ans d’avantages accordés à une entreprise, dans un domaine aussi sensible que les denrées de première nécessité, l’État du Sénégal, qui a plusieurs fois constaté des manquements dans le produit sucre, en termes de qualité-prix et d’insuffisance, doit revoir le contrat sur le sucre.
 
 ‘’En effet, la Css devrait, par rapport au monopole sur une longue période, améliorer son outil de production pour une meilleure qualité et d’offres de prix intéressants, avec, à la clé, une couverture correcte du marché’’, ajoute-t-il.
 
Driss Diallo estime que le prix élevé du sucre sur le marché national est à l’origine de la fraude. ‘’Il est surtout inconcevable de laisser une entreprise sur le marché du sucre avec des prix qui font le double des tarifs pratiqués dans des pays de la sous-région comme la Mauritanie, la Gambie, entre autres. Ce qui explique et encourage d’ailleurs des fraudes massives du sucre au Sénégal’’, informe-t-il.