Gréve de la FNBS: Les assurances du directeur du commerce intérieur

Dakarmidi – Le ministère du Commerce assure que toutes les dispositions nécessaires sont prises pour assurer la sécurité de tout boulanger désireux de produire et de mettre à la disposition des consommateurs du pain.
La Fédération nationale des boulangers du Sénégal a appelé à une grève de trois, à partir de ce mercredi. Elle dénonce la cherté du prix de la farine.
Dans un communiqué transmis à l’APS, le directeur du Commerce intérieur souligne que ses services ont tenu mardi après-midi une réunion de travail avec la Fédération nationale des Boulangers du Sénégal pour « examiner les différents points de revendications ».
Il constate qu’en « dépit des solutions proposées par le Département sur tous les points de discussion allant dans le sens de la satisfaction de leurs préoccupations, la Fédération nationale des boulangers du Sénégal a décidé d’aller en grève, contre toute attente et les conclusions de la réunion ».
Ces conclusions portent notamment sur « l’encadrement des marges de distribution, comme demandé ; le démarrage sans délai de concertations sur la structure du pain, conformément à la réglementation en vigueur ; le démarrage de concertations avec les meuniers sur le prix de la farine ; l’introduction d’un nouveau format de pain afin d’améliorer la productivité de l’activité boulangère ».
Le directeur du Commerce intérieur juge « regrettable de constater, malgré tous les efforts consentis, le refus catégorique de la fédération à toutes formes de négociation ».
La Fédération nationale des boulangers du Sénégal invite depuis des mois le gouvernement à ramener le poids de la baguette de référence de 190 grammes à 250 grammes pour le prix de 200 francs CFA.
Elle demande « l’application immédiate de l’interdiction de la vente du pain dans les boutiques, la réglementation de l’ouverture anarchique des boulangeries et l’application de l’arrêté ministériel portant interdiction de la distribution inter-région du pain ».
Selon la FNBS, « le secteur de la boulangerie sénégalaise vit actuellement des moments très difficiles avec l’ouverture anarchique des boulangeries et la vente du pain dans des conditions hygiéniques déplorables ».
La fédération souligne aussi que « depuis la tenue des concertations de la filière boulangère en décembre 2017, aucune mesure n’a été prise par le gouvernement pour l’application des conclusions de cette rencontre ».
Elle fait aussi état d’un « prix harmonisation » du prix de la farine par l’Etat qui entraine « le dysfonctionnement de la libre concurrence entre les meuniers ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
Merci de renseigner votre nom