ENCORE LA GENDARMERIE DE TIVAOUANE !

Dakarmidi  – Le secrétariat exécutif national (SEN) FRAPP félicite les membres de Aar li nu bokk Tivaouane et And Taxawu Commune Cherif Lô qui sont allés à la rencontre des populations de la commune de Chérif Lô victimes de spoliation foncière avec la complicité du maire Ousmane Sarr.

La gendarmerie de Tivaouane a suivi nos camarades de ALB Tivouane et de And Tawawu Commune Chérif Lô jusqu’à Ndiakhaté (commune de Cherif Lô) pour leur dire que tout rassemblement était interdit. Le gendarme en question est arrivé avec une voiture immatriculée TH 1590 C et s’adressait à 3 journalistes et un de nos camarades.

Le SEN du FRAPP est particulièrement inquiet de l’attitude de plusieurs gendarmers et autres agents des forces de défense et de sécurité dans la dernière période.
– Des gendarmes qui interdisent à des paysans d’accéder à leurs champs (Ndingler/Djilakh)
– Des gendarmes qui ont torturé notre frère et camarade Ardo Gningue
– Des gendarmes qui viennent sortir de leur usine des travailleurs en conflit avec leur patron (Satrec Vitalait Sotrapal)
-des GMI qui violentent notre camarade et frère Pape Abdoulaye Touré

Au même moment le président Macky Sall, le ministre de la santé Abdoulaye Diouf Sarr, l’APR et ses militants, au vu et au su de tout le monde, se rassemblent sans porter de masques barrières ni respecter la distanciation physique.

Le SEN du FRAPP a énormément de respect pour les agents des forces de défense et de sécurité. Le FRAPP est l’une des rares organisations à régulièrement prendre la défense des agents des forces de défense et de sécurité qui sont tout aussi opprimés que le reste de la population par les politiques du président Macky Sall et de l’impérialisme. Oppression qui passe par : volume énorme de travail du fait de leur nombre infinitésimale ; manque de moyens de travail ; salaire dérisoires pour l’immense majorité des forces de défense et de sécurité ; envoi clientéliste dans les missions internationales…

Le SEN du FRAPP cependant met en garde les policiers et gendarmes voyous qui torturent les citoyens, les violentent, appliquent sans discernement les ordres manifestement illégaux ou cherchent à soutirer de l’argent aux autres citoyens opprimés comme eux.

Le SEN du FRAPP interpelle le ministre de l’intérieur ainsi que le ministre des forces armées. Leur irresponsable caution apportée à ces actes finira très mal. Nous ne voulons pas d’un autre Fodé Ndiaye (que son âme repose en paix), policier assassiné lors de la crise pré-électorale de 2012. Nous ne voulons pas d’autres Pape Sarr (torturé à mort par le commissariat de police de Thiaroye), d’un autre Seck Ndaiye (torturé à mort par la police), d’un autre Elimane Touré (rentré en vie dans la police du port il en est ressorti mort…

Le SEN du FRAPP dénonce l’application à géométrie variable de l’interdiction des rassemblements qui ne révéle qu’une chose : le président Macky Sall et son gouvernement cherchent à museler les victimes de ses politiques anti-nationales, anti-populaires. Cela ne passera pas !

Le secrétariat exécutif national (SEN) du FRAPP

Dakar, le 22 septembre 2020