En prélude au Panel de Cices: Quand les réseaux sociaux cessent d’être des prétextes à des dérives…

Dakarmidi – Facebook, WhatsApp, Twitter, Instagram, LinkedIn, Snapchat sont les réseaux sociaux les plus prisés au Sénégal. Ces plateformes d’interactions sociales ont aujourd’hui bouleversé indubitablement notre mode de communication. Par ailleurs, elles ont créé sur Internet un phénomène d’attraction incroyable devenant ainsi  des outils essentiels, incontournables. C’est pour répondre à cette impérieuse exigence que suscite cette nouvelle forme de communication digitale que la page des Amis & Sympathisants de Serigne Mansour SY Djamil via les Réseaux Sociaux (ASMSD) a vu le jour. Quelle ingénieuse idée ! Quelle belle initiative !

La page Amis & Sympathisants de Serigne Mansour SY Djamil via les Réseaux Sociaux (ASMSD) a été créée le 12 Juillet 2011 par un certain Badara KEBE avec quelques-uns de ses amis. A Dieupeul (Dakar) s’est tenue la toute première réunion de ce qui allait devenir aujourd’hui l’une des pages de réseaux sociaux dédiées à Serigne mansour SY Djamil la plus importante. A seulement  7 ans d’existence, la page des Amis & Sympathisants de Serigne Mansour SY Djamil via les Réseaux Sociaux (ASMSD) est peuplée de 11250 personnes sur Facebook et existe aussi sur WhatsApp, transcende même les réseaux sociaux pour étendre ses activités jusqu’aux places publiques les plus symboliques. Elle semblerait aussi être la toute première page consacrée  à Serigne Mansour SY Djamil dans l’univers des réseaux sociaux.

La page des Amis & Sympathisants de Serigne Mansour SY Djamil via les Réseaux Sociaux (ASMSD) a la mission sacerdotale d’accompagner et de donner plus de visibilité aux travaux de Serigne Mansour SY DJamil, le leader politique, l’honorable député et le leader religieux. Il est Citoyen modèle engagé, un Fonctionnaire international émérite, un Homme de Culture avéré, un Homme d’Etat achevé, un Humaniste pur, un Guide religieux accompli, bref, un homme  à la confluence et  la congruence de plusieurs légitimités. La page ASMSD veut rendre les travaux de cet homme  à la teneur multidimensionnelle plus à la portée du grand public qui le connait, l’aime et l’apprécie, qu’il soit musulman ou chrétien, tidjane ou mouride, religieux ou politique, intellectuels ou profane, africain ou européen.

Au-delà des animations dans les réseaux sociaux, diffusion d’informations, publications, commentaires et partages d’articles, de vidéos et de conférences, la page ASMSD est présente et visible en dehors de la sphère des réseaux sociaux. Déjà le 08 Juillet 2017, l’ASMSD avait convié les internautes ainsi que les citoyens Sénégalais à une conférence publique au CICES sur la thématique : l’Islamité et la Laïcité de l’Etat : imposture ou réalité ? La rencontre était très enrichissante avec les communications des panelistes  comme le Pr Mamadou DIAW de l’UGB, le Ministre Bamba NDIAYE et Serigne Mansour SY Djamil qui avaient fait montre d’une parfaite maitrise de la question et d’une générosité intellectuelle sans limite.

Et cette année encore, dans quatre semaines environ, c’est-à-dire le 4 Aout 2018 au CICES, l’ASMSD vous invite à une réflexion autour d’une autre question au centre des préoccupations de certaines sommités intellectuelles Sénégalaises : Quelle place pour l’érudition Islamique en Afrique Contemporaine ?

Le débat promet un jaillissement et un entrecroisement féconds des connaissances vue la proéminence des panelistes : Pr Ousmane KANE, professeur titulaire de chaire à l’Université Harvard, USA, Pr Mame Penda BA, agrégée de Sciences Politiques à l’UGB, Dr. Seydi Djamil NIANE,  écrivain – chercheur à Tombouctou Institute et Serigne Mansour SY Djamil.

Le rendez-vous est dés-lors pris et revêt d’une signification importante et double pour les Amis & Sympathisants de Serigne Mansour SY Djamil via les Réseaux Sociaux (ASMSD).  D’abord, ce panel de l’initiative d’une structure née des réseaux sociaux montre combien ces plateformes d’interactions sociales peuvent être d’un apport considérable pour le développement d’un pays comme le Sénégal. Il suffit tout simplement d’en faire un bon usage. Et ensuite, il nous offre une occasion inespérée de pouvoir poser de façon scientifique d’autres problématiques aussi essentielles que sont l’éducation et les productions littéraires des érudits soufis Sénégalais voire Africains. Il s’agira de tenter des réponses appropriées dans une réflexion collective. Des initiatives de ce genre doivent être encouragées, encadrées et perpétuées pour qu’enfin les réseaux sociaux cessent de servir de canal de diffusion de propos irrévérencieux, d’images perverse et de dérives choquants aux conséquences sociétales désastreuses et incalculables.

Khassoum DiOP

Khassito2016@hotmail.com

La rédaction