Dossier Ressources naturelles : Centième question de MLD Tekki à Macky Sall : quelles sont les parts respectives du Sénégal, de la Mauritanie , et des autres dans le partage de production du gaz naturel du champ GTA du bloc de St Louis ?

Pour rappel, en inaugurant le pont de l’émergence entouré du PM et du ministre de l’énergie, Macky Sall a traité l’opposition de nulle et a demandé un débat économique. Ce mardi, Je suis à ma centième question sans réponse sérieuse des surdoués de la galaxie de Macky Sall.

La raison est simple. Le débat démocratique sérieux n’intéresse pas Macky Sall. Il est dans une logique d’accaparement du pouvoir pour une gouvernance rentière du pétrole. Toute sa démarche politique et économique ne vise qu’un seul but : confisquer le pouvoir pour jouir du pétrole et des ressources minérales. Après les 3F, Fatick, Fuuta et France pour conquérir le pouvoir, il a mis en place les 3P, PSE, Pétrole et Parrainage pour l’accaparement du pouvoir. La suite, on la devine, ce sont les 3D, Déception, Défaite, et D.

En tout état de cause, la galaxie autour de Macky Sall se glorifie de recettes gazières de 16 800 milliards de F CFA dans les trente ans à venir provenant de l’exploitation du gaz de St Louis. J’ai déjà dit que ce qui nous intéresse, ce sont les parts respectives du Sénégal, de la Mauritanie, de Kosmos, de BP, Timis Corporation, Franck Timis, Aliou Sall, etc., dans le partage de production, car au finish ce montant est dérisoire. Je vais adresser une question écrite au Gouvernement.

Dossier nouveau : Le Sénégal de Macky Sall pourra- t-il un jour organiser la coupe du monde de football ?

Les pays candidats à l’émergence doivent avoir les moyens d’organiser la coupe du monde ou un tournoi international de même envergure (infrastructures et logistiques). Cet exercice est un test d’émergence économique qui exige un bon niveau de capital social et technique, notamment dans le transport aérien. Le Sénégal de Mawade Wade peut- il se porter candidat à l’organisation d’une coupe du monde ? Ce serait considéré comme un acte de folie malgré le génie et le talent des Aliou Cissé, Sadio Mané, El Hadji Diouf et Daff. Au Sénégal, le capital humain est disponible, il manque le capital technique et social et la gouvernabilité de nos institutions à travers des politiques publiques pertinentes et patriotes. Dans le domaine du transport aérien, le Sénégal n’est opérateur de rien, ni de son aéroport international AIBD, ni de sa compagnie nationale. L’Etat de notre aviation civile est aujourd’hui pitoyable. Cette aviation civile nationale, qui jadis lui avait valu le respect de l’OACI, jusqu’à faire de Dakar le siège onusien pour l’Afrique du transport aérien, est aujourd’hui dans une situation déplorable. La Direction Générale, ses cadres et experts dirigeants, sont aujourd’hui sous le coup d’une inculpation judiciaire par le Procureur de la République du Sénégal.

La Ministre en charge des Transports Aériens, Mme Ndoye , se réveille enfin pour me répondre sur la suite donnée à l’étude de Seaburry . Le Communiqué de son ministère est tout sauf sérieux. Tout le monde sait que l’étude de Seaburry a été rangée dans les tiroirs à son corps défendant. Son communiqué qui traduit sa capitulation devant les parrains de Macky Sall reconnaît par ailleurs que le mode d’acquisition des avions A330 a été changé par l’équipe de Böhn, homme d’influence dit-il, et Gérôme Maillet. C’est la trésorerie de l’Etat qui a payé les avances et c’est ce qui explique aussi les difficultés financières actuelles. Mme Ndoye, reprenez votre dignité d’ingénieure, et matérialisez le patriotisme que vous avez revendiqué à l’Assemblée nationale. Le régime de Macky Sall est une transition. C’est bientôt fini.

Mamadou Lamine Diallo,
Président du mouvement Tekki.