Département de Kébémer-Ndande : le cœur du Kayor en opposant éternel du pouvoir?

Mairie de Ndande

Dakarmidi – Terre des Lamane jadis marquée par le refus de l’oppression, cette Commune du département de Kébémer semble toujours nager dans les eaux troubles du refus d’antan qui fut la spécificité de ce royaume du Kayor qui a été le dernier bastion de l’anticolonialisme. En effet, cette Commune qui est le troisième poids électoral dudit département derrière les Communes de Kebémer et de Darou Mousty semble hantée par le démon d’être le fief de l’opposition. Des douze ans de Wade passés au pouvoir l’ex Communauté rurale est restée farouche opposant au Pape du Sopi.

Malgré qu’elle était conquise par les libéraux des mains des socialistes aux locales de 2002, elle a aussitôt lié alliance avec Modou Diagne Fada qui investit le PCR de l’époque Mamadou Kébé parmi les 5 premiers sur la liste nationale de Warwi aux législatives de 2007. En 2009 le socialiste Pape Lô revient au Commande jusqu’en 2014.

L’accession aux commandes du Maire Adama Fall en 2014 semblait augurer d’un landemain meilleurs pour la Commune mais hélas celle-ci reste toujours la chasse gardée de l’opposition. Plusieurs tantatives de rapprocher le maire au Président Macky Sall ont échoué, la dernière en date fut l’audience avortée avec le Chef de l’Etat lors du référendum de 2016 auquel il a battu campagne pour la victoire du NON.

Cependant, le responsable de l’APR, Ibra Fall que nous avons pu accrocher estime que « les résultats de sa coalition sont plus que satisfaisants dans la Commune de Ndande » car selon lui « le Maire qui était élu avec la majorité absolu en 2014 voit son électorat s’effriter au fil des élections au point de subir un revers sanglant au référendum de 2016 dans son propre fief électoral, le village de Ndande chef-lieu de la Commune». « Aux législatives de 2017, poursuit-il, il n’a dû son salut qu’à son investiture comme tête de liste départementale du Yessal de Modou Diagne Fada alors que BBY ne comptait aucun investit dans la Commune » encore que les deux coalitions étaient au coude à coude avec un écart de près de 400 voix environ.

« Il avait largement profité du vote affectif car faisant croire aux électeurs qui allait être député s’ils votaient pour lui ». « La coalition BBY continue à investir le terrain pour assurer la réélection de Macky Sall dès le premier tour en 2019 et enfin élire un maire APR aux prochaines locales » conclut-il.

Correspondance particulière