Crise dans nos hôpitaux : L’incompétence de Diouf Sarr pointée du doigt…

Dakarmidi- Nos hôpitaux, c’est un truisme que de le dire, sont beaucoup plus souffreteux que les patients qu’ils accueillent,  au jour le jour. Ahurissant ! Cela contraste fort bien avec les multiples efforts consentis, au quotidien, par  le régime du Président de la République son Excellence Monsieur Macky Sall au niveau de ce secteur. Ainsi, il met  au premier rang de ses priorités cette question sine qua non de la santé publique en lui donnant toute  l’attention qu’elle mérite. Le budget conséquent à lui  allouer en dit long sur l’importance accordée à ce secteur. Il n’ya point d’émergence quand le peuple est malade. Ça, le Président Macky, en homme avisé et visionnaire chevronné, le sait plus que quiconque. Mais le seul hic, aujourd’hui, c’est se trouve dans la manière de ménager le Ministère de tutelle. Les nombreuses perturbations à l’actif de «And Geusseum» traduisent cette crise qui mine, sans cesse croissante, la santé des populations sénégalaises. Partout, les moyens débloqués ne suivent pas,  la qualité des services laisse à désirer. Le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale Abdoulaye Diouf Sarr, disons –le avec franchise, n‘a pas l’étoffe pour  diriger ce département.  Il est si ample pour lui. Ne dit-on pas que «Le couteau, quelque soit sa performance, ne sert rien entre des mains inexpertes». Diouf Sarr reste et demeure la preuve par mille ! Voilà quelqu’un qui bénéficie de la confiance du Chef de l’Etat mais, qui  ne déploie la moindre once de volonté, d’énergie pour apaiser  le climat social  si délétère au niveau de nos structures de santé. Il reste allergique au dialogue et à la compromission  et,  c’est ce qui est à l’origine de ces conséquences graves préjudiciables pour les populations. Oui, comme l’a souhaité, dernièrement, les syndicats de la santé, le Ministre de la Santé doit rendre le tablier pour insuffisances de résultats. Son départ  est une question de salubrité publique. Je vois mal comment cet homme d’une ignorance creuse, voire crasse des dossiers étatiques puisse pousser la prétention jusqu’à vouloir diriger un jour la Mairie de la capitale sénégalaise, Dakar. Nombrilisme, quand tu nous prend !