Contribution : Orphelin d’un Guide spirituel (Par Saliou SARR)

Dakarmidi- « La mort ne surprend jamais le sage car il est toujours prêt à partir ». Si j’ai invoqué ainsi Jean de la Fontaine c’est Parce que les mots juste et féconde de ce penseur français me renvoi parfaitement à mon Guide spirituel Cheikh Béthio THIOUNE.
C’est en 2009 que j’ai déposé mon  allégeance en fond, en forme et en toute conséquence au Cheikh. J’étais plus jeune à cette époque, jeune collégien au CEM2 valdio Ndiaye de  Kaolack qui a vécu avec toutes les tentations prohibées (drogue, cigarette, loisirs…ect)
Ce pendant, ma rencontre avec Cheikh Béthio THIOUNE m’a permis de me libérer de toutes emprises dans le mal qui ont été pourtant pendant longtemps un ravisseur de la jeunesse à qui vous nous avez aider à faire face.
C’est à partir de ses moments que j’ai senti une transition positive sur la trajectoire de ma  vie active.
Mon cher Guide, notre cheminement a fait de moi un jeune dynamique qui s’inspire sur la droiture du bon chemin. Vous avez inculquer en moi le culte du travail.
Je m’en souviens de ses belles paroles dont vous cessez de nous rappeler à chaque fois que nous avions l’occasion de se rencontrer:  » je suis pas avec quelqu’un qui n’est pas animé par une tension permanente et soutenue vers la Perfection », « cultuvez l’excellence! »…ect
Grâce à vous, nous avons l’esprit de partage, de solidarité, d’entraide, du pardon et du savoir donner sans rien attendre en retour.
Le vent de madinatou salam n’as pas seulement heurté tous les Thiantacones sans conséquences. J’en faisais parti de vos disciples qui ont été arrêtés au lendemain de votre inculpation. Nous accusant de  » d’association de malfaiteurs, marche sans autorisation, destruction de biens appartement à l’état et à autrui », la sentence nous avez laissé avec une condamnation de 6 mois dont 2 mois ferme. Après quelques jours passés à la maison d’arrêt et de correction (MAC) de Thiés, j’ai été acheminé au camp pénal de Kaolack avec une quarantaine de condisciples. Ces derniers jours carcérales, j’ai constaté un renforcement de ma foi et de mon attachement à vous. Je n’oublierai jamais les propos important et solennel pour mon éveil vers une vision religieuse: « Je suis à Thiés, vous êtes à Kaolack mais comprenez que nous partageons les nuits ensemble ».
Tout comme vous, notre séjour en prison a été une mission divine. Je me souviens d’un jeune Nigérien qui s’appelait d’alors Kosmos ENUMU, un codétenu, devenu aujourd’hui Serigne Saliou ENUMU qui s’est converti en l’islam après lui avoir venter tes bonnes qualités en tant que référence dans le monde Musulman, particulièrement dans la communauté Mouride.
Il est claire que: qui cheikh Béthio dit Serigne Saliou, qui dit Serigne Saliou dit Serigne Touba.
De Madinatou Salam à Bordeaux, de Bordeaux à AIBD, de AIBD à Touba (Bakhiya), je sais que vos « waw Goor », « Nam SARR » vont me manquer.
Aujourd’hui je suis convaincu que dans l’au-delà,  vous êtes sûrement avec notre Guide emblématique Serigne Saliou MBACKÉ et certes sur la supervision de son Père Cheikh Ahmadou Bamba MBACKÉ.
Nous les Thiantacones, nous sommes orphelins!
Mon cher Guide, votre support cosmétique  va manquer tous vos admirateurs que avez laisser derrière vous.

Saliou SARR, Fidèle Thiantacone, étudiant en Master 2 en management des Ressources humaines