Contribution : MA PENSÉE SUR CETTE SCABREUSE AFFAIRE ALIOU SALL (Par Alassane Khodia Kitane)

Dakarmidi- Pour moi, le plus scandaleux dans cette affaire ce n’est pas le fait que des milliards du Sénégal aient atterri dans les mains d’un quidam que l’alternance de 2012 a révélé au pays. Ce qui me choque le plus c’est la facilité avec laquelle toute une famille a fait main-basse sur des postes clés alors que les Sénégalais venaient juste de congédier le régime de Wade pour moins que ça.

Comment expliquer qu’après l’affaire Karim Wade on ait laissé faire Aliou Sall opérer au vu et au su de tout le monde dans des domaines comme la Banque, le transport aérien, etc.?
Comment avons-nous fait pour ne pas voir que la nomination de ce monsieur à la caisse de dépôt et de consignation (la CCD qui est hors du pouvoir d’investigation des corps de contrôle) pouvait être une stratégie de recyclage de l’argent venant du pétrole ?
Comment avons accepté que la famille et la belle famille du Président soient si omniprésentes dans les affaires ?
Comment avons-nous fait pour rester aveugles à l’anomalie de toutes ces nouvelles sociétés liées à la galaxie présidentielle ?
Pour ma part, la presse collaboratrice est en partie responsable de l’omerta qui entoure tous ces scandales.
Mon avis est qu’il faut un large front de toutes les forces vives de la nation pour faire face à cette grave régression historique que ce régime est en train de faire faire à notre démocratie.
Ce scandale est scandaleux par sa possibilité même ! Car depuis 2012 on a tympanisé et inhibé le Sénégalais avec cette histoire de reddition des comptes. On a jugé Karim Wade dans un procès injuste, on a emprisonné Khalifa Sall pour une fausse affaire de détournement…
Les Sénégalais ont maintenant une clef de lecture des deux bizarreries : le cynisme avec lequel on a empêché la volonté populaire de s’exprimer en 2019 par une série de manigances indignes d’un fasciste et l’étrange dialogue politique qu’on leur a imposé à la suite de cette mascarade électorale.

Une chose est certaine : si nous courbons encore l’échine et laissons passer ce scandale, c’en est fini de toute culture de transparence et d’exigence de reddition des comptes dans ce pays !

Alassane K. KITANE
Professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès
Président du Mouvement citoyen LABEL-Sénégal