Contrat de sponsoring avec Bp: l’Anps qualifie de « mensonges », les affirmations du Cored

L’Association nationale de la presse sportive (Anps) n’a pas attendu longtemps pour apporter la réplique au Conseil pour l’Observation des Règles d’éthique et de Déontologie (Cored) qui dénonce le contrat de sponsoring qu’elle avait signé avec British Petroleum et l’accuse de persister à « maintenir ce partenariat ».

Dans un communiqué, l’Anps déclare que « cette affirmation est mensongère à l’état actuel des relations entre l’Anps et le partenaire en question et indigne de l’entité qui est censée être le gardien des règles élémentaires en matière de journalisme, le statut d’organe d’autorégulation ne le dédouanant pas de recouper avant de publier ».

« L’Anps qui n’est pas une Rédaction, n’a aucun pouvoir d’imposer une quelconque attitude éditoriale à ses membres ; penser le contraire, c’est proférer la plus grande insulte à l’endroit des journalistes sénégalais. Soutenir un seul instant de la part du CORED que la presse sénégalaise serait capable de se censurer ou de prendre parti pour Bp Sénégal parce qu’une association de journalistes sportives est sponsorisée par celle-ci pour un événement sportif, c’est dénuer aux professionnels des médias, toute éthique et toute déontologie dans leur attitude professionnelle quotidienne », déclare l’Anps.

Cette dernière précise qu’elle « reçoit depuis 2002, des subventions privées, venant même de la Fédération sénégalaise de football, discipline que couvre ses membres » et « s’étonne que le CORED n’ait pas cité la subvention fédérale ni celle du ministère des Sports comme pouvant être source de conflit d’intérêts ».

« Certainement que dans un souffle de lucidité, le CORED s’est souvenu que malgré les subventions des entités citées et qui sont en charge du sport, secteur de prédilection des membres de l’Anps, personne dans ce pays ne peut tenir une accusation de parti-pris de la presse sportive au bénéfice ou de la fédération ou du ministère des Sports. D’ailleurs, il est de notoriété que malgré les fortes subventions qu’elles accordent à leur association, les journalistes ne se privent pas d’informer correctement sur l’activité de la fédération et du ministère, pour peu que les informations en question soient vraies », explique l’Anps.

« L’Anps a toujours rendu publics ses partenariats avec les entités privés depuis qu’elle existe (Création en 1970) et cela, par souci de transparence. Aujourd’hui, elle est en relation avec plusieurs entités privés que sont Eiffage, Orange-Sénégal, la Lonase, Elton, Transair, etc… En conclusion, l’ANPS qui est une association libre, invite le CORED, non pas à tenter d’élargir son champ de compétence qui ne concerne pas les associations de Presse, mais à adopter le code de transparence, et à publier depuis la présidence de M. Mané, ses comptes financiers certifiés conformes », conclut l’association de la presse sportive.