Braya pour des primaires au cas où Karim Wade ne serait pas candidat: « Personne n’a autant de force, ni de moyens que moi pour gérer le Pds »

Dakarmidi – Parrain de la nuit de l’émergence qui s’est tenue samedi 28 juillet 2018, Ameth Fall Braya veut que le Parti Démocratique sénégalais prenne les devants à la présidentielle 2019. Ce, en pensant à organiser des primaires au cas où Wade-fils ne pourrait être candidat. Il n’exclut pas de se positionner, pour affronter, au nom du Pds, Macky Sall, en 2019.

D’aucuns prophétisaient même sa transhumance vers l’Alliance pour la république (Apr). Mais Ahmet Fall Braya a réaffirmé son ancrage au Pds. « Je suis un opposant et ils (les membres du pouvoir) le savent.Ce n’est parce qu’ils sont de l’autre coté qu’ils doivent etre nos ennemis. C’est normal que quand ils organisent quelque chose à Saint Louis, qu’ils pensent à Braya. J’ai envoyé une délégation pour magnifier l’organisation, mais aussi prendre note de ce qui se sera représenté comme réalisation de Macky Sall. S’il y’a des manquements nous allons les dénoncer », a t-il expliqué lors d’un rassemblement qu’il présidait à Guinaw Rails.

A l’en croire, Macky Sall est son ami. « A chaque fois que l’Etat s’approprie des préoccupations des populations pour les résoudre, je suis à côté de lui. Mais à chaque fois que l’Etat commet des erreurs qui peuvent se répercuter sur le vécu des sénégalais, je m’opposerai et le critiquerai » a fait savoir Braya.

Selon l’obs, le coordonateur départemental du Pds trouve même cocasse que certains puissent penser ou même soulever l’hypothèse d’une éventuelle transhumance vers l’Apr. « Nous sommes à l’orée des renouvellements du parti. Je reste ancré dans le Pds et ferai partie des leaders qui brigueront les plus hauts postes de responsabilité. Personne n’a autant de force, ni de moyens que moi pour gérer le parti. Je ne suis pas et ne serai pas de l’Apr », a t-il précisé.

Ameth Fall Braya n’a par ailleurs pas exclu une alternative si toutefois leur candidat déclaré, Karim Wade, ne serait pas retenu. Il a défendu la tenue de primaires dans le parti de Wade, le cas échéant. « Nous allons continuer à nous battre juridiquement et politiquement pour assurer la candidature de Karim Wade. Mais au cas où il y aurait des difficultés, il faudrait trouver une alternative qui nous permettrait de continuer à travailler » souligne t-il.

La rédaction