Birima « Ak Yow » ! Vous êtes mauvais !

Dakarmidi – Birima, vous êtes mauvais. Walahi vous l’êtes ! Sinon comment comprendre que ces insanités puissent sortir de la bouche de quelqu’un qui de surcroit se dit « responsable ». Comment Avez-vous pu malgré le fait que chaque parole passe par un processus de filtre qui se doit d’être très rigoureux ?
C’est encore plus ignoble quand vous nous sortez que la vidéo date d’il y’a quelques années. C’est encore pire ! Si on l’avait visionné avant, Fallou Sene ne serait pas mort, car à coup sûr son père l’aurait retiré de l’Université.

Que cette vidéo date de deux ans, de dix ans ou même d’avant votre naissance ne change en rien de son contenu, de sa violence et surtout de ses insultes.

Quel piètre argument que de nous dire qu’elle date de longtemps !
Vous osez traiter de fils de p…. des étudiants de notre pays. Ce qui nous donne tout de suite l’information que vous n’y avez ni votre fils ni votre fille.
Comment avez-vous pu ? Même si beaucoup de sénégalais ont senti en suivant l’émission Jakarlo que vous êtes quelqu’un de violent, d’irraisonné et de bien fourbe.
Cette émission, calquée sur celle de Laurent Rauquier (On n’est pas couché), commence à devenir une pâle copie de cette dernière. Cependant cela ne surprend guère car beaucoup de nos télévisions copient celles étrangères (surtout de la France) sans en réussir une adaptation bien sénégalaise. Dans Jakarlo deux polémistes auraient suffi à côté du présentateur et chaque vendredi faire participer le plus d’invités afin de traiter de plusieurs thèmes.
Après l’affaire Professeur Songhé qui a défrayé la chronique en insultant toutes les femmes sénégalaises, voilà un autre qui en fait autant. Ç’en est TROP !
Le professeur Songhé devait de lui-même refuser de revenir dans l’émission. Chacune de ses apparitions à la TFM est une incitation au viol. Mais jamais il ne le fera. Il a fini de gouter à la lumière.

Cet homme pensait peut être trouver chez nous une trace d’indulgence pour les violeurs ; Il s’est lourdement trompé. Forcer une femme est un geste odieux qui abaisse l’homme au-dessous de l’animal qui, lui, ne viole pas. L’amour se fait à deux, que je sache. Or en réduisant la femme à rien, le violeur s’isole dans son acte. Le viol, au fond, c’est de l’onanisme, une masturbation perverse où le sadisme remplace le fantasme. Ecœurant !

Chaque fois que je vois cet homme à la télé je l’entends encore hurler à nos femmes : « NOUS vous violons parce que… ».

Mais « dou keen, gnoun la rek ! »

Pourquoi les nombreux sénégalais qui vendent sur les plages des nudistes en été ne pensent pas violer toutes ces femmes blanches nues et allongées sur la plage ? Pourquoi nos compatriotes qui empruntent les rues de Bruxelles où des femmes nues sont exposées dans des vitrines, ne pensent pas les violer ?

Cette parenthèse fermée, revenons à notre syndicaliste à deux balles et ses âneries.
Birima Ndiaye avez-vous une femme et des enfants ? Auriez-vous compris si on les traitait de fils de p…. ? Accepteriez-vous que l’on vous dise que cela s’est passé en 2016 et non en 2018 ? Je suppose bien que NON !
Alors arrêtez vos explications. Cessez de vouloir vous justifier !
Comment cela est-il possible dans notre pays ?
C’est juste que « gnoune gno gnak fayda ». Je ne peux pas me faire à l’idée que des sénégalaises et des sénégalais puissent vous applaudir après vous avoir entendu demander le meurtre de ceux qui symbolisent l’espoir de toute une nation et traiter de p….leur maman. Eux sont plus malades que vous.
Birima sachez que vous n’êtes ni sérieux ni intelligent. Arrêtez de croire une minute que tous les sénégalais vous écoutent. On vous prend, en majeure partie, pour un fou dont la place est à l’asile.
Au nom de ma sœur étudiante et de tous les étudiants du Sénégal, je vous demande de vous mettre devant un miroir qui vous remettra à la figure le spécimen de fils dont vous parlez.
Je vous tout ceci pour  l’honneur de ma défunte maman et pour la dignité de toutes ces femmes que vous avez traité de p…

Souleymane LY
spécialiste en communication

La rédaction