Aux adeptes d’un plan « B » (Par Saa kadior)

Dakarmidi – N’oubliez pas que c’est vous qui aviez choisi Karim lors d’un congrès qui s’est tenu dans les normes qui régissent le parti. N’oubliez pas que d’autres comme vous avez posé leur candidature et ont perdu lors d’un vote démocratiquement organisé. N’oubliez surtout pas que sa candidature avait été prononcé pour la première fois par Babacar Gaye et non Wade. Alors n’oubliez pas que c’est le destin qui a fait de lui le meilleur candidat possible du PDS au moment où Macky cherchait à l’ensevelir pour de bon. N’oubliez pas que c’est de la prison que vous aviez choisi de l’introniser et vous n’ignorez pas que la tâche serait difficile devant l’entêtement d’un homme déterminé à humilier son bienfaiteur Wade. Cependant, il est et reste le fils du Président Wade MAIS cela ne veut pas dire qu’il a été imposé sans raison. Acceptez le destin ou faites un procès au bon Dieu qui a choisi d’en faire le candidat naturel du PDS !!!

Quoi de nouveau sur la planche ? qu’est ce que vous savez aujourd’hui et que hier vous ignoriez ? RIEN !!!

Depuis son arrestation et les accusations grotesques et fallacieux que Macky avait choisi de lui coller, la justice portée par des magistrats courbés continue son bonhomme de chemin sans vergogne ni état d’âme. Il avait choisi de le faire juger dans une cours illégale violant son rangs de Ministre, à la CREI qui n’existe qu’au Sénégal où il y a renversement de la preuve, où on accuse d’abord et ensuite on demande à l’accusé de fournir les preuves de son innocence. Quelle facile moyen pour mettre son ennemi en taule… cet hippopotame du Palais transgresse les lois et fait du je m’en foutisme pour éliminer Karim pour qui, il nourrit un complexe chronique. N’étiez vous pas déjà préparé pour mener un combat contre une INJUSTICE et par  PRINCIPE ? qu’est ce qui a changé aujourd’hui sinon que les raisons pour un tel combat sont devenues plus que jamais d’actualité. Ce combat passe d’une simple bataille de principe à une nécessité de survie car c’est la Nation qui est en danger. Ce « Prisident » en rajoute chaque jour que Dieu fait. Il nous impose un parrainage qu’il ne maitrise même pas, il refuse d’auditer le fichier, il sème la confusion sur les cartes d’identité, il séquestre les documents des citoyens prétextant une aide sociale ou un financement et il nous impose un Ministre de l’Intérieur aux dents marron-beige….

Si le peuple ne réagit pas on verra « de vertes et de pas mûres » car il nous plongera dans un magistère chaotique qui lui servira seulement et simplement à préparer sa fuite avec ses mackyllons. Nous sommes avertis !!!

Un Homme digne ne s’avoue pas vaincu tant qu’il lui reste un gramme de souffle c’est dire lutter jusqu’à la mort. Ce qui me paraissait légitime de demander c’est à quand le retour de Karim pour aller au front, affronter Macky avec lui ? mais pas de réclamer un plan « B » qui signifie baisser les armes et s’offrir au tyran.

Comment un parti comme le PDS peut accepter qu’on lui impose une candidature en bafouant toutes les lois de ce pays, avec un schéma construit dans l’illégalité ? dans de pareilles circonstances les Hommes valeureux préfèrent la mort plutôt que d’accepter une injustice.

« je préfère la liberté dans la misère plutôt que l’opulence dans l’esclavage » avait vaillamment répondu Cheikhou Touré aux colons. Je suis désolé de vous rappeler que tous les traitres connus et ceux qui sont dans l’ombre ont déjà posé les bases d’une vie paisible grâce à Wade. Presque tous ont des maisons et ont une notoriété signé Abdoulaye. Toutefois au-delà de vous il y a cette autre masse composée de vieux valeureux qui peut être n’avaient même pas gouté aux délices du règne de Maitre Wade mais qui continuent de lui être fidèle, que dire de ces jeunes qui nourrissent espoir sur Karim, dépensant leur propre argent, dépassant leur énergie et risquant leur vie pour changer le destin de ce pays et qui sans vous continueront le combat jusqu’à terme. J’ai comme l’impression que le PDS est entrain de faire peau neuve, que les feuilles vielles et mortes sont entrain de tomber une à une pour faire renaitre ce parti et lui donner un nouveau souffle. A dire vrai cette dialyse est indispensable car le Sénégal a besoin de changer la manière de faire la politique.

Les vieux loups doivent céder la place à cette jeunesse dynamique non cette race de jeunes aux fesses débordant qui s’essouffle à la moindre effort ( suivez mon regard..) mais des jeunes pure sang éparpillés dans le monde. Je voudrais parler de ceux qui sont décomplexés et qui croient au travail.

Avec Karim nous croyons que ce projet est réalisable car pour avoir pratiqué l’Etat, fréquenté un parti politique, il sera en mesure de faire une bonne sélection. Tenir le peu de sage qui nous reste car « le monde est vieux mais l’avenir sort du passé » en accueillant leurs conseils et l’équipe composée de jeunes fera le reste. Nous voulant un Sénégal où la dignité reprend du service, où l’honnêteté rejaillira, où chaque citoyen se sentira protéger et à égale dignité devant la loi, où une dynastie arriviste ne nous offre pas au moins offrant pour se garantir un futur….

Nous ne voulons plus d’un « pouvoiriste » incapable, nul complexé, démagogue et nous ne voulons pas regretter demain de le regarder nous voler les élections en choisissant ses adversaires et croyez-moi il sélectionnera les « flops » parce qu’il est un partisan de la moindre effort.

Nous ne voudrions pas faire parti de ceux qui diront : j’étais là mais je n’ai rien fait. Lorsqu’il s’est acharné sur Karim, les partisans de Khalifa ne se sentaient pas concernés, quand son tour est arrivé, peut être qu’ils regrettent aujourd’hui ne n’avoir pas participé à la lutte alors croyez-moi cette folle machine à répression est lancée et les dégâts collatéraux qu’elle entraine n’épargnera personne.

L’heure est combat contre Macky l’unique adversaire à abattre, j’ose penser et espérer que nous conjuguerons nos forces afin de redonner à notre cher pays ses traits de caractères qui nous différencient des autres c’est dire : le FOULA, le FAYDA pour que VVIVE UNE JUSTICE SAINE.

Saa kadior

La rédaction