Autant vaut celui qui tient le veau que celui qui l’égorge (Par Raby Thiam)

La scène politique sénégalaise est polluée par le phénomène de la transhumance politique sans vergogne.
L’opportunisme des transhumants est motivé par les privilèges et prestiges du pouvoir et pour d’autres, échapper à d’éventuelles poursuites judiciaires, en contrepartie d’une adhésion ou un soutien politique à la majorité présidentielle.
Porte-parole du président Wade, ministre conseiller, ministre de la fonction publique, du travail de l’emploi et des organisations professionnelles, ministre d’État, Directeur de cabinet du Président, ministre de l’environnement, et de la protection de la nature, ministre de l’économie maritime et enfin premier ministre.
Vous me direz certainement que l’avocat qui n’a jamais gagné un procès est le parrain du nouveau Directeur général de la SENELEC, Pape Samba Bitèye (monsieur presse).
Nous nous souvenons des propos de Souleymane Ndiaye, Directeur de campagne du président Wade en 2012 « Même si Macky Sall gagne au second tour, je ne vais jamais le rejoindre. Pour moi, ceux qui font de la transhumance doivent être fusillés comme des animaux ».
Une position honteuse que les deux hommes ont en commun à savoir leur manque d’éthique.
Le « je m’en foutisme » de l’actuel directeur général de la senelec Pape Demba Bitèye détonne avec une attitude arrogante, méprisante et irrespectueuse. Il se contorsionne tout le temps à travers les médias pour attaquer la structure Akilé (made in Sénégal).
Nous invitons le président de la République a limogé le DG de la SENELEC et à remettre Jules un allié qui n’a aucune base politique à se remettre à sa place.

Fait à Dakar le 18 mai 2020
Raby Thiam
Membre de la cellule de communication du parti URV
Union pour la restauration des valeurs