Ansoumana Dione répond à 5 questions

Dakarmidi – A moins de trois mois de la présidentielle de 2019, Ansoumana DIONE, leader de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, qui n’a même pas déposé sa candidature, déclare avoir déjà remporté cette élection, prévue le 24 février prochain. Il a fait cette grosse révélation, surprenante, dans cet entretien que voici. Suivons son raisonnement.

 1.      Etes-vous prêt à déposer votre candidature pour 2019 ?

 Non. Car, il n’y aura pas d’élection le dimanche 24 février prochain. Pour rappel, j’ai été le premier à avoir déposé un dossier au Conseil Constitutionnel, en tant que candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019. Il s’agit d’un recours aux fins d’abrogation de la loi sur le parrainage, que j’avais transmis aux sept sages, le lundi 15 octobre 2018. Vous savez, il y a une différence entre filtrer et bloquer des candidatures. Le Président Macky SALL qui est déjà candidat à sa propre succession, a été illégalement obligé par cette disposition, à collecter des signatures. Mais, en réalité, c’est pour empêcher à certains candidats d’avoir des parrains, ce qui est anormal. Aussi, c’est la Constitution qui lui donne le droit de briguer un second mandat, sans aucune condition. Et, le parrainage lui impose des signatures, pouvant compromettre sa candidature, d’où la responsabilité pour le Conseil Constitutionnel, de faire abroger cette loi, pour le respect de ses droits et ceux du peuple sénégalais qui l’a investi depuis 2012. En clair, mon recours vise surtout à défendre la candidature du chef de l’Etat Macky SALL.

2.      Pensez-vous qu’il n’est pas trop tard pour abroger cette loi ?

 Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Surtout, lorsqu’il s’agit d’une élection présidentielle, aussi déterminante. D’ailleurs, je reste optimiste pour son abrogation puisque tout le monde a compris maintenant que le Président Macky SALL ne devait pas collecter des signatures. Alors, si les sept sages qui sont enfin au complet, statuent sur ce recours, cette loi sera abrogée et c’est pourquoi je dis que j’ai déjà remporté la présidentielle de 2019. Car, qui freine le parrainage, gagne l’élection en vue. Avant de poursuivre, permettez-moi de féliciter la presse nationale, pour son travail pour l’épanouissement de la démocratie dans notre pays. Elle participe énormément à l’éveil des consciences, à la recherche de paix et de transparence dans le jeu politique, actes que les sénégalais magnifient, dans ce contexte de pétrole, de gaz, entre autres.

3.      Me Mame Adama GUEYE vous a-t-il contacté pour la création de la POSE ?

 Non, et je m’en réjouis. Car, pour moi, cette plateforme opérationnelle de sécurisation des élections, composée de personnalités ayant toujours perdu devant le Président Macky SALL, est en retard. En vérité, Maître Mame Adama GUEYE veut créer une nouvelle force, avec cette même génération, pour mettre fin au régime en place et c’est peine perdu. Car, l’ère des grands rassemblements comme en 2012, est révolue. Aujourd’hui, c’est le temps des idées. D’ailleurs, les sénégalais en ont déjà fini avec cette classe politique qui nous dirige depuis 1960. Après le PS, le PDS et l’APR, le Président de la République qui gouvernera notre pays, ne peut pas être issu d’un autre parti politique. Après trois échecs ou divorces successifs, il appartient au peuple de garder le pouvoir pour montrer aux hommes politiques comment servir une nation. Par téléphone, j’avais dit à Maître Mame Adama GUEYE qu’il n’a pas compris qu’à travers le parrainage, le Président Macky SALL est entrain de voler la présidentielle de 2019. C’est pourquoi, je dis que la POSE est en retard, puisqu’elle sécurise une élection qui sera gagnée d’avance par le candidat sortant, si cette loi n’est pas abrogée.

4.      Accepteriez-vous de soutenir le candidat Macky SALL ?

 Contrairement à ceux ou celles, ayant renoncé à leur candidature pour des raisons diverses, moi, je maintiens la mienne. De ce fait, je ne peux soutenir aucune candidature, fût-elle celle du Président Macky SALL. Aujourd’hui, nous sommes à l’ère de la vérité. C’est pour cela, peut-être, que Dieu nous a pris notre éternel, infatigable, Sidy Lamine NIASS, Président Directeur Général du Groupe Walfadjri, qui a fini sa mission sur terre. Il l’a remplie avec brio et patriotisme, courage, franchise, honnêteté, dans la difficulté et la dignité. Que le Seigneur l’accueille en son paradis, au nom du Prophète Mouhamed (SAWS), qu’il aimait sincèrement. Je l’avais dit et je le répète encore : je suis le successeur du Président Macky SALL, après avoir sacrifié ma vie à défendre bénévolement les droits des citoyens les plus vulnérables, à savoir les malades mentaux errants. Gouverner un pays, c’est se sacrifier pour l’intérêt exclusif des populations. Et, c’est ça qui fera que les sénégalais qui m’ont déjà dans leur cœur, porteront leur choix sur ma modeste personne, à l’issue de cette élection présidentielle en vue, qui ne devra pas être organisée sur la base de cette loi sur le parrainage.

5.      Combien de parrains avez-vous obtenus ?    

 Je n’ai demandé à personne de signer pour moi. Tout citoyen qui dépose sa candidature sur la base du parrainage, n’est pas présidentiable. Auparavant, j’avais saisi en vain, le 03 septembre 2018, le Conseil Constitutionnel, aux fins de contestation de la participation du Président Macky SALL au parrainage. Et, depuis le 15 octobre 2018, j’attends la réponse des sept sages. Alors, ils devront statuer en premier sur mon recours et au cas échéant, la loi sur le parrainage sera abrogée, invalidant toutes les candidatures. Du coup, c’est autre processus électoral qui sera ouvert, avec la transparence devant permettre aux citoyens de choisir, de façon libre et démocratique, leur Président de la République. Un candidat qui ne réussit pas le parrainage, retrouvera-t-il ses trente millions, déposés pour la caution ?

Rufisque, le 17 décembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019 – Tel: 77 550 90 82 – 70 745 88 47

La rédaction