Ansoumana DIONE invite à revoir cette méthode archaïque de fêter le 1er mai.

Dakarmidi- En ce 1er mai 2019, fête du travail, le Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), explique l’une des causes de la recrudescence des maladies mentales dans notre pays. Pour Ansoumana DIONE, le travail rend fou. Aujourd’hui, le chômage et l’excès de travail sont à l’origine de certains troubles psychiques, notamment pour la plupart de citoyens ayant perdu leurs emplois, pour des licenciements abusifs ou faillites d’entreprises. Pire, beaucoup de malades mentaux n’arrivent pas à se stabiliser, même après un traitement médical adéquat, parce que tout simplement, ils ne trouvent pas du travail, cet aspect obligatoire devant compléter leur prise en charge. Avec des salaires trop dérisoires, nombreux sont les travailleurs qui souffrent de stress vers la fin du mois, à cause du loyer, la dépense quotidienne, entre autres. Pour toutes ces raisons, Ansoumana DIONE invite les syndicats et le gouvernement à revoir cette méthode archaïque de célébrer la fête du 1er mai. Ce, en la mettant à profit pour étudier les voies et moyens permettant de consolider les emplois existants et examiner les domaines pourvoyeurs d’emplois comme le désencombrement des villes pour un Sénégal propre, notamment par la résolution de l’errance des malades mentaux. Ceci nous aidera aussi à réduire le chômage des jeunes, le banditisme, la criminalité et la violence, le travail étant également un véritable régulateur social.

Rufisque, le 1er 2019,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) –