Anniversaire de l’expression « I have a Dream » de Martin Luther King: 55 ans aujourd’hui (28/08/1963 – 28/08/2018)

Dakarmidi – Martin Luther King prononçant son discours, sur les marches du Lincoln Memorial, lors de la Marche sur Washington pour l’emploi et la liberté, le 28 août 1963.

I have a dream (traduit en français par « Je fais un rêve ») est le nom donné au discours prononcé le 28 août 1963 par le pasteur et militant américain Martin Luther King, devant le Lincoln Memorial, à Washington, D.C., durant la Marche sur Washington pour l’emploi et la liberté. Devant plus de 250 000 manifestants, King en appelle solennellement à la fin du racisme aux États-Unis et revendique l’égalité des droits civiques et économiques entre Blancs et Afro-Américains. Point d’orgue du Mouvement des droits civiques, le discours est généralement considéré comme l’un des plus importants du xxe siècle.Le titre du discours I Have a Dream vient de son passage le plus connu :« I say to you today, my friends, so even though we face the difficulties of today and tomorrow, I still have a dream. It is a dream deeply rooted in the American dream.I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed : “We hold these truths to be self-evident : that all men are created equal.”I have a dream that one day on the red hills of Georgia the sons of former slaves and the sons of former slave owners will be able to sit down together at a table of brotherhood.I have a dream that one day even the state of Mississippi, a state sweltering with the heat of injustice, sweltering with the heat of oppression, will be transformed into an oasis of freedom and justice.I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character. I have a dream today!I have a dream that one day down in Alabama, with its vicious racists, with its governor having his lips dripping with the words of interposition and nullification; one day right down in Alabama little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and white girls as sisters and brothers.I have a dream today.I have a dream that one day every valley shall be exalted, every hill and mountain shall be made low, the rough places will be made plain and the crooked places will be made straight and the glory of the Lord shall be revealed and all flesh shall see it together. »

Traduction en français

Barack Obama est le premier Afro-Américain à être président des États-Unis, événement historique qui concrétise en partie cette prophétie.« Je vous le dis aujourd’hui, mes amis, bien que, oui bien que nous ayons à faire face aux difficultés d’aujourd’hui et de demain, je fais pourtant un rêve. C’est un rêve profondément ancré dans le rêve américain.Je rêve qu’un jour, notre nation se lèvera pour vivre véritablement son credo : “Nous tenons pour vérité évidente que tous les hommes ont été créés égaux.”Je rêve qu’un jour, sur les collines rousses de la Géorgie, les fils d’anciens esclaves et les fils d’anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.Je rêve qu’un jour, même l’État du Mississippi, un État où l’injustice et l’oppression créent une chaleur étouffante, sera transformé en une oasis de liberté et de justice.Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je rêve aujourd’hui!Je rêve qu’un jour, dans l’Alabama, avec ses abominables racistes, avec son gouverneur qui n’a aux lèvres que les mots d’ »opposition » aux lois fédérales et d’ »annulation » de ces lois, que là même en Alabama un jour les petits garçons noirs et les petites filles noires avec les petits garçons blancs et les petites filles blanches pourront se donner la main, comme sœurs et frères.Je rêve aujourd’hui.Je rêve qu’un jour toute vallée sera élevée, toute colline et toute montagne seront abaissées.Les endroits raboteux seront aplanis et les chemins tortueux redressés. Et la gloire du Seigneur soit révélée et toute chair la verra.

Qui est Martin Luther King junior ?

Né à Atlanta (Géorgie) en 1929, Martin Luther King junior est issu d’une famille de pasteurs, il bénéficie d’un environnement culturel favorable. Il devient lui-même pasteur baptiste à l’âge de 19 ans, dans la tradition de son père (pasteur à l’Église Baptiste d’Ebenezer à Atlanta) et de son grand-père. 

En 1955, Martin Luther King devient le porte-parole du mouvement pour les droits civiques en prenant la tête du comité de soutien à Rosa Parks, cette femme noire arrêtée pour avoir refusé de laisser sa place à un Blanc dans un autobus de la ville de Montgomery (Alabama) où régnait une stricte ségrégation. En 1956, la ségrégation dans les autobus est déclarée inconstitutionnelle.

Une visite en Inde en 1959 lui permis d’approfondir sa compréhension du Satyagraha, les principes de Gandhi, concernant la persuasion pacifiste, lequel King détermina comme étant son instrument principal pour les protestations sociales. 

« Il est le leader charismatique de la vague contestataire du début des années 1960; le mouvement des droits civiques. Ses paroles ont galvanisé les Noirs et fait changer l’opinion des Blancs modérés. Son principal mérite est d’avoir fait de la traditionnelle revendication des Noirs pour l’égalité, une idée ordinaire dans la conscience de l’Américain moyen. Il cherche à convaincre et non à humilier ses adversaires, lutter contre le mal et l’injustice et non contre les individus, endurer la violence sans riposter en vertu du pouvoir rédempteur d’une souffrance imméritée. Par ailleurs, maintenant que l’agitation a gagné tout le pays et que les Noirs descendent par milliers dans les rues, une question va se poser : du pacifisme de Martin Luther King ou de la résistance armée de Malcom X, laquelle de ces deux formes de lutte l’emportera ? Luther King doit faire la preuve de l’efficacité de la non-violence; il lance alors en 1963 la campagne de Birmingham (Alabama). » (extrait de René-Jil Lavoie Recidive.org). 

En 1963, Martin Luther King fut à la tête d’une grande campagne pour les droits civils à Birmingham en Alabama. Il organisa plusieurs manifestations : pour permettre le droit de vote aux Noirs; Contre la déségrégation et une meilleure éducation et hébergement à travers les états du Sud. Lors de ces campagnes il fut arrêté à plusieurs reprises. Il était à la tête de la marche historique à Washington le 28 août 1963 où il déclara son célèbre discours : « I have a Dream » (« j’ai un rêve »). En 1964, il fut récipiendaire du Prix Nobel de la Paix.

« Afin de suivre la montée en puissance des tendances plus radicales, King s’ouvrit alors à de nouvelles formes de contestation : il soutint la lutte pour le relogement des habitants des bidonvilles de Chicago (1966) et se déclara contre la guerre du Viêt-nam (1967); il resta fidèle à ses convictions non violentes malgré l’écho que rencontraient les partisans du « black power » (« pouvoir noir ») et ceux d’une autodéfense armée des Afro-Américains (Black Panthers, créées en 1966), qui tous lui reprochaient sa modération. » (Encyclopédie Hachette)

Le 4 avril 1968, Martin Luther King est assassiné à Memphis alors qu’il apportait son soutien à une grève d’éboueurs. Quelque 100 000 personnes assistent à ses obsèques à Atlanta. Son assassin présumé, James Earl Ray, s’est rétracté par la suite, et l’enquête fut rouverte en 1997. 

Depuis 1983, le troisième lundi de janvier est célébré comme l’anniversaire de Martin Luther King Jr. 

La rédaction