Alioune Ndoye dans la primauté de sa fonction ministérielle au détriment des populations du Plateau

Profitant de l’appel des autorités à un élan patriotique d’entraide avec l’arrivée de la pandémie planétaire que constitue la Covid-19, le maire de la commune de Dakar-Plateau, Alioune Ndoye avait commencé à distribuer de manière partisane, des aides à ses affidés. Une posture que nous Conseillers Municipaux avions en son temps dénoncée, tant dans son caractère sélectif, que dans son approche non-inclusive, car n’ayant requis aucune concertation préalable, avec le Conseil municipal, en parfaite violation des règles. Plus grave encore pour masquer sa non réactivité par rapport a la pandémie, le maire dans une mise en scène savamment orchestrée a mis sur le compte «lutte contre la Covid 19 » des actions traditionnelles de la mairie, entre autres la distribution d’aide alimentaire traditionnellement et annuellement accordée aux populations durant le mois de ramadan, des secours alloués aux chrétiens durant les fêtes de pâques, des médicaments alloués annuellement aux postes de santé et des produits de désinfection donnés par les comités de santé du plateau.
En début de semaine, au cours d’une cérémonie, le maire Alioune Ndoye dans une théâtralisation délibérément menée a lancé à nouveau, ce qu’il nomme «des opérations de distributions d’appui aux populations de Dakar Plateau».
A l’analyse de ce geste, nous nous rendons compte que le montant alloué aux populations, dont il est dépositaire du mandat est infime comparé à la « générosité légendaire » dont Alioune Ndoye fait montre vis-à-vis de l’état et de son chef. Comment un maire peut mobiliser 300 millions pour la Force Covid 19, au moment où les populations de sa commune font face à des difficultés multiformes ? C’est pourquoi nous dénonçons ce don motivé par des calculs politiques. Ainsi, nous Conseillers de la commune de Dakar Plateau n’accepterons la mainmise du maire Alioune Ndoye, sur les ressources de la mairie qu’il brade en « monnaie de change politique », pour redorer son blason après son scandale sur les licences chinois.
Cet élan de charme est exclusivement motivé par des calculs lugubres au détriment des populations de Dakar-Plateau, charité bien ordonnée commençant par soi-même, nous dépositaires du vote des populations de Dakar-Plateau, nous nous offusquons de cette approche indigne de notre premier magistrat.
Aujourd’hui, le nombre d’individus infectés par la Covid 19 s’accroit dans la commune, à une vitesse inquiétante, des familles entières endeuillées et misent en quarantaine sont laissées à leur propre sort au moment où les contrecoups du « semi-confinement » se font ressentir dans les familles. C’est pourquoi nous ne pouvons accepter à la place d’une participation symbolique à l’effort national à l’instar d’autres collectivités plus nanties, un détournement d’objectif de nos ressources par un maire qui se soucie plus de son maintien dans sa fonction ministérielle que du bien être de ses administrés.
Sur le plan légal, le Chef de l’Etat a apporté, par ordonnance, des aménagements au fonctionnement des collectivités locales pour habiliter, désormais, les bureaux de ces entités sont habilités à opérer les modifications budgétaires que nécessite la riposte contre la Covid-19, mais cela reste illégitime car injuste et inopportune comme disait ROUSSEAU ¨ lorsque la loi était injuste, la violence pouvait être légitime¨. Au regard de ces dispositions, il est donc inacceptable que le maire de Dakar-Plateau s’enferme dans son bureau et dégage seul 300 millions du budget de la municipalité, pour l’allouer à quelque entité que ce soit au moment ou le plateau manque de TOUT : Pas de corbillard pour nos morts, maternité du poste de santé raffenel fermé pour défaut de matériel, aucune perspective pour l’insertion des jeunes, sans compter la promiscuité et la pauvreté dans nos quartiers. C’est pourquoi, nous mandataires des contribuables de Dakar-Plateau saisirons la Cour suprême pour dénoncer un excès de pouvoir du maire et ses acolytes.
Tous les spécialistes s’accordent sur le fait que l’impact de la pandémie sur les collectivités territoriales et principalement sur leurs finances sera manifeste et actuellement, les acteurs et notamment les maires sont préoccupés par l’urgence de répondre efficacement aux dépenses liées à la crise. A l’image de l’Etat où le taux de croissance du Pib est révisé à 3% alors qu’il était préalablement espéré à 6%, la crise issue da la Covid-19 ne manquera pas d’avoir des impacts, sur la gestion budgétaire des collectivités territoriales, et principalement les communes. Ces Collectivités dont les recettes résultent de la fiscalité locale, de produits du domaine et d’autres sources intrinsèquement liées à l’activité économique et commerciale, la crise sanitaire aura des effets à court et moyen terme sur leurs finances. Avant de jouer au généreux inopiné, Alioune Ndoye gagnerait a plus centré son action dans la gestion des problèmes des populations du Plateau comme le veut du reste l’esprit de la décentralisation au lieu de vouloir engraisser l’état central qui lui a transféré des compétences et des fonds de dotation.
Par ailleurs devant le refus du maire de mettre en place le comité communal pour la distribution de laide de l’état en conformité avec la circulaire, nous lançons un appel au Président de la République et aux autorités déconcentrées pour intervenir sur la distribution à Dakar Plateau. Le maire récuse les vérificateurs qui ne sont pas de sa chapelle politique à la faveur d’une distribution qu’il veut encore politiser.

LE COLLECTIF DES CONSEILLERS MUNICIPAUX DE DAKAR PLATEAU.
Ont signé :
1) PAPE DIOUF conseiller TAXAWU DAKAR
2) BABA TOURE conseiller CPJE
3) MOHAMED DIALLO conseiller TAXAWU PLATEAU
4) YANDE DIOP conseiller SUQALI SOPI
5) CHEIKH NGOM conseiller TAXAWU DAKAR
6) MATAR SAMB conseiller PDS
7) MAME FAGUEYE DIOP conseillère TAXAWU DAKAR
8) NDEYE THIAM SAMB conseillère APR
9) ASSANE BISSICHI conseiller PVD
10) CHEIKH SALL conseiller BEUG SA REW
11) ABSA DIOP conseillère TAXAWU DAKAR