Abdou Karim Sall sérieusement menacé dans ses bases à Mbao par les partis Rewmi et Bokk Guiss-Guiss, entre effritement de ses rangs et désertion de ses troupes

Dakarmidi – Abdou Karim Sall, le Dg de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) est dans de sérieuses difficultés à Mbao son fief, où sa représentativité est gravement menacée. Ce nouvel état de fait n’était pas prévu dans ses calculs, lui qui pensait que tout y était sur-mesure à son souhait. M. Sall se croyait en effet maitre chez-lui et pensait avoir à sa possession, une forte massification qui allait à coup sûr, renforcer la machine APR en direction des prochaines échéances électorales et conforter sa position dans cette contrée.

Mais à la surprise générale, il se voit sérieusement talonner par deux partis politiques à savoir Rewmi d’Idrissa Seck et Bokk Guiss Guiss de Pape Diop. Ces deux grandes formations politiques abattent parallèlement un travail de titan et obtiennent des résultats qui transforment toute la cartographie électorale à Mbao. Elles ont en effet préféré à la place des shows, que serre M. Sall, travailler en souterrain, de manière très efficace, avec des résultats probants grâce aux porte-à-portes qui ne laissent aucune personne, aucune famille, aucun groupement en rade. Les militants de Rewmi, par exemple en sont arrivés là, en faisant recours au redoutable outil internet avec les réseaux sociaux, pour accentuer leur présence dans cette commune, démarche qui trouve l’adhésion des jeunes, principaux électeurs dans cette banlieue lointaine de Dakar.

Pour sa part, Bokk Guiss Guiss, axe sa méthode sur les visites de proximité et les tournées de sensibilisation, ciblant de fait, les maisons, les leaders d’opinions, les chefs de quartiers, les Imams les « badienou Gokh », les OCB… Pape Diop, président de cette formation politique n’a pas lésiné sur les moyens humains et logistiques pour quadriller sans bruit ni tambour toute la superficie de Mbao et environs, à travers une stratégie murement réfléchie. Homme d’un grand calme, faudrait le lui concéder, il demeure constant dans sa démarche depuis la création de son parti, avec comme unique leitmotiv, faire partir Macky Sall à la tête du pays avec par « armes »  conventionnelles.

L’ancien président de l’Assemblée Nationale multiplie à cet effet, les sorties dans les zones les plus reculées du pays pour rencontrer les sénégalais et s’enquérir de leurs difficultés. Le but étant de massifier ses bases et ses soutiens, mais surtout de pouvoir à l’arrivée, leur doter du meilleur projet de société, celui qui répondra à leurs besoins. Il connaît comme Idrissa Seck les enjeux des prochaines législatives prévues en Juillet et y travaille dans tout le pays, avec Mbao comme priorité. Le Dg de l’Artp a alors sans conteste perdu du terrain dans cette localité qu’il gère mal, tout comme l’Artp où il compte peu de soutiens à cause de sa gestion jugée « égocentrique ».

La bataille politique et la guerre des mots ne font que commencer dans cette partie de la banlieue, une course de fond qui demande une bonne condition physique et une intelligence, deux conditions sine qua non qui pourront facilement noyer Abdou Karim Sall et sa clique, au grand bénéfice de ses adversaires qui ne cessent de grignoter malheureusement des portions de ses terres …

La Rédaction