3è mandat : “Du juridisme inutile…le débat n’a pas sa raison d’être”, Me Boucounta Diallo

Me Boucounta Diallo s’est prononcé sur un éventuel 3è mandat du Président Macky Sall. Songer à cela ne relève même pas de l’éthique et du bons sens. De même que juridiquement, juge-t-il, ce débat n’a pas sa raison d’être vu l’esprit des dispositions de la Constitution du Sénégal. 

Par éthique et par bon sens, Macky Sall n’a pas le droit de se présenter à un troisième mandat. Me Boucounta Diallo l’a fait savoir sur Rfm.

“Il n’a pas le droit car, il faut être claire. Lui (Ndlr: Macky Sall), s’il est dans l’obligation de se taire  pour ne pas animer et susciter des vocations immédiates. Ce n’est pas le cas des citoyens responsables, des cadres de ce pays, qui ont le droit de s’exprimer sans ambages.   Ce que je n’ai pas permis à mon ami Alpha Condé dont je suis l’avocat de surcroît, je ne permettrai pas à qui que ce soit…”, a fait savoir l’avocat sénégalais.

“Le débat juridique sur la question n’a pas sa raison d’être. C’est du juridisme inutile. Nous les Africains et plus particulièrement les Sénégalais,  nous croyons que nous sommes plus intelligents que tout le monde.  Un texte n’a pas besoin d’autant de clarification pour recevoir application, il a besoin plutôt d’acteurs qui sont mus par des valeurs. Car,  lorsque les gens me disent qu’il y a une rédaction qui prête à confusion, mais dans ce cas retournons à l’esprit de la loi.  Pourquoi, on s’était battu le 23 juin. Pourquoi on a reformé la Constitution. C’est parce qu’on s’était dit plus jamais cela.  C’est ça l’esprit du constituant. Dans ce débat, on doit surtout éviter de prolonger les remarques fondées sur les lacunes de la loi”,  a soutenu l’avocat du président guinéen Alpha Condé.

Pour terminer, Me Boucounta donne l’exemple des Etats-Unis, qui malgré des lacunes sur la Constitution, les différents chefs d’Etat ont toujours fait preuve de démocratie, pour quitter après 2 mandats. “Je cite souvent l’exemple des Etats-Unis, qui  en sont en  leur 48 président.  Et il n’y a qu’un seul président qui n’a pas appliqué cette sorte de gentlemen’s agreement et que la loi n’a pas réglé. Puisque, la Constitution des Etats-Unis dit que le mandat du président de la République est de 4 ans renouvelables. On ne dit pas une fois, deux fois, non.  Mais chaque fois que quelqu’un fait 2 mandats, il s’en va. Il n’a pas besoin qu’un texte de loi lui dise que ce n’est possible. Le seul qui l’a violé, est Roosevelt et qu’il a expliqué qu’on était en période de guerre…”