19e anniversaire de l’Afp: Moustapha Niasse à l’honneur

Dakarmidi – A l’occasion de la célébration du 19ème anniversaire de la création de l’Alliance des Forces de Progrès( AFP), je voudrais saluer le courage et la force de  conviction de l’auteur de l’Appel historique du 16 juin 1999 et  rappeler la mission du Parti.

L’homme politique a tout connu la gloire et la défaite, l’ascension et la chute. La traversée du désert et la tentation du départ. Mais M. NIASSE est à nouveau au zénith.

C’est une chance pour le SENEGAL d’avoir encore cet homme qui n’a jamais été dans la virevolte, dans l’opportunisme et qui a prouvé son engagement au service du Sénégal et des Sénégalais.

A chaque fois que l’essentiel est en jeu, il a su faire des choix tranchés et réaffirmer ses principes.

Ainsi, il a redessiné à sa manière avec une érudition époustouflante l’ensemble du paysage politique sans jamais perdre de vue que la vertu du politique doit être une attitude de vie.

De par sa vision et sa densité, il a révélé depuis longtemps à la face du monde, de l’opinion nationale et internationale, ses qualités d’Homme d’Etat.

A un moment où le Sénégal n’avait plus de voix et guère plus d’influence, et l’on ne croyait plus ce qu’il disait et pourtant on attendait ce qu’il devrait dire, parce que sa diplomatie était devenue brouillonne et bavarde, ce fils d’Afrique a, sous l’égide de l’ONU, su rétablir la paix et la stabilité en République Démocratique du Congo.

Il a le mérite d‘être entouré au sein de l’AFP par une équipe d’hommes et de femmes dignes et propres, compétents et soucieux de l’intérêt général.

NIASSE ne doute pas de la passion de cette équipe pour le Sénégal et celle-ci ne doute pas de la volonté du Secrétaire Général à l’accompagner dans cette entreprise ambitieuse :transformer et moderniser le pays dans l’intérêt de tous les Sénégalais.

Je suis fier de marcher dans le sillage de ses pas et de porter son combat des idées et les va- leurs morales auxquelles il reste profondément attachées.

Aujourd’hui, l’AFP a assaini son environnement existentiel. Des camarades qui avaient de grandes prétentions pour eux et une petite ambition pour le Sénégal nous ont quittés.

Certains parmi eux, après avoir  été couvés depuis des décennies, ont fini par oublier qu’on grandit qu’en servant une ambition, telle celle-là-même qui doit habiter chacun d’entre nous et nourrir sa légitime fierté d’être sénégalais.

Faut-il donc leur rappeler qu’en politique, il y a des temps et des rythmes ?

Pour ces gens-là, l’histoire d’un parti, c’est l’histoire du cinéma: il y a les grands maîtres, les équipiers, les techniciens, les obscurs et les étoiles filantes.

L’AFP est un parti résilient. Elle a subi des chocs sans se briser. N’en déplaise à  ceux qui croyaient qu’elle allait être absorbée par la nouvelle vague libérale ou être envahie par la lassitude.

Je ressens un petit picotement jubilatoire lorsque les évènements nous donnent raison et que, sans toutefois le crier sur les toits, on nous traite de moins en moins de Cassandre.

Incontestablement, l’AFP est devenue plus novatrice, compétitive et attirante.

On ne peut pas en dire autant pour les autres formations politiques. En effet, le PDS est ti- raillé entre une candidature improbable et une refondation inévitable, le PS condamné à mettre de la clarté dans la confusion qui le caractérise actuellement , le REWMI où chaque espérance devient un purgatoire, chaque tentative, une humiliation.

Il est aussi évident que l’APR, parti majoritaire, qui a grandi trop vite sans pouvoir se structurer sera confrontée à un moment donné à des contradictions  voire à la question de l’usure du pouvoir.

Personnellement, j’ai la conviction que le pays a  ici une chance à saisir et qu’il appartient aux Sénégalais de projeter leurs regards au-delà du temps présent sur l’AFP.

Sans céder à la clameur publique ni aux pures tentatives populistes qui nous ramèneraient au temps de l’obscurantisme, nous, Progressistes avons exprimé nos préoccupations, identifié  nos priorités, tracé notre chemin et fixé le cap à l’horizon 2024.

La finalité d’un parti, comme tout le monde le sait, c’est la conquête du pouvoir avec un projet global, cohérent et sérieux. Sur ce point, l’AFP a une réflexion stratégique en avance.

Déjà dans le cadre de sa massification, les militants et militantes tentent de sortir l’opinion de son lieu naturel , de la faire aller en un point qu’elle-même ne saurait jamais allée d’elle-mê- me, la retirer toute évidence pour la remplacer par d’autres évidences. Et, nous le faisons avec probité, séduction et conviction.

L’Espoir est là. Comme un phénix, il renaît. « Quand on a rendez-vous avec son destin, on ne s’arrête à mi-chemin », proclamait le Pasteur Martin LUTHER KING.

L’ambition que nous voulons inscrire avec M. NIASSE, notre leader, au fronton des priorités qui sont les nôtres et dont la réalisation est un impératif catégorique pour le Sénégal, induit un grand rassemblement autour d’un idéal, d’un objectif, d’une mission et d’un Parti : l’Alliance des Forces de Progrès (AFP).

Il demeure vrai que nul ne peut s’arroger la vérité, le sens du Sénégal et encore moins l’idéal patriotique. Personne ne peut cependant dénier à l’AFP le sens de l’intérêt national.

Mamadou DIALLO: Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit

Responsable des  Cadres de  la Délégation AFP- FRANCE

Auteur des Eclats du Temps (Poésie) et Bal d’Afrique (Théâtre)

La rédaction