Accusés d’être des gordjiguenes, les « ho boys » s’expliquent