Exclusif – Gros scandales à Air Sénégal : 12 millions d’euros de commission pour l’achat des 02 ATR-72 600, Philippe Bohn à l’origine d’un vaste réseau de corruption (Documents)

Dakarmidi – Philippe Bohn est sur le point de faire couler Macky Sall et son régime. Cet ancien bras droit du leader de l’Unita assassiné en 2002, des fils Khadafi actuellement en bisbille avec la justice lybienne, de leur père assassiné en 2011, ou de Karim Wade épinglé pour détournement de deniers publics, fait encore parler de lui, à travers de nouvelles manigances et des dessous de table sur des ventes d’avions, et ce, au plus haut sommet de la République. Selon les enquêtes menées par Dakarmidi, Il s’agit dans ce cas précis d’un des nombreux scandales qui se dessinent à la nouvelle compagnie aérienne du Sénégal. Une surfacturation de 12 millions d’euros a été notée dans l’acquisition des deux ATR -72 600 que le Sénégal s’est procuré au nom d’Air Sénégal SA, au salon du Bourget le 20 Juin 2017, à 50 millions d’euros. Cette somme décaissée pour l’achat de ses appareils est si colossale qu’elle fait rire les différents fabricants d’avions à Turbopropulseurs. Pour preuve, dans le Business Plan produit Seabury, une compagnie londonienne, pour Air Sénégal SA, on peut lire à la page 108 que ces deux avions coûtent effectivement à l’unité 22,7 millions de dollars, soit un peu plus de 19 millions d’euros, le prix du marché ne dépassant jamais, comme révélé ci-dessus, 23 millions de dollars.

Rappelons que, dans un article de Jeune Afrique publié le 21 Juin 2017, et relayé par Dakarmidi, il était clairement indiqué que la vente s’était passée devant l’ancien Dg de la compagnie Mamadou Lamine Sow, devenu aujourd’hui son PCA, Christian Scherer, directeur général de l’avionneur franco-italien basé près de Toulouse, la ministre sénégalaise du Transport, Maimouna Ndock Seck et son homologue français, Elisabeth Borne, cette dernière qui venait fraîchement d’être nommée.

Des experts sont tous d’accords que le comportement de ces ATR -72 600 dans les airs de la sous région, ne permettra pas à Air Sénégal de rentrer rapidement dans ses fonds, bien au contraire, notre pays devait directement se lancer dans le long courrier avec des avions gros porteurs, mais hélas les choix opérés grâce aux conseils de Philippe Bohn ont poussé Macky Sall à agir vite et mal, laissant de côté de meilleures offres qui allaient rendre plus rentable et performante, la compagnie et épargner le contribuable sénégalais. Dans les jours à venir nous vous présenterons le Business Plan détaillé d’Air Sénégal SA élaboré par Seabury à plus de 03 milliards de francs Cfa et les incongruités qu’il présente dans sa conception, un document bâclé de 331 pages.

La rédaction