Abatalib Fall, entraîneur de football, lâche ses vérités sur la gestion du football local

Dakarmidi  –

Alors que les Lions du Sénégal évoluant à l’étranger vont tous reprendre officiellement au courant du mois de septembre, l’équipe nationale disputera deux matchs amicaux dans un mois, le foot local voit son image se dégrader.

C’est ce qu’on appelle un espoir vain. Ils avaient hâte que le foot reprenne en novembre comme c’était annoncé dans un premier temps par la Fédération sénégalaise de football. Mais, entre temps, les choses ont changé. L’instance a finalement renvoyé la date de reprise au 2 janvier 2021, en évoquant la crise sanitaire comme principale cause.

Face à cette situation qui fait que le football local sombre, beaucoup d’acteurs réagissent depuis plusieurs semaines. Signe que le football sénégalais cherche un nouvel élan.

« Aucune préoccupation du développement du football »

« L’avenir du football local est sombre parce que les gens ne se préoccupent du développement du football qui est même le socle d’un pays de football qui se respecte. Regardez ce qui se passe avec l’arrêt du championnat depuis mi-mars », a déploré le technicien de football, dans un entretien accordé à IGFM.

Cette situation a d’ailleurs poussé le syndicat regroupant les entraîneurs de football du Sénégal à sortir de son silence. Surtout que seuls 5 clubs sur les 28 de la Ligue professionnelle, payent régulièrement les salaires actuellement.

« Des pères de famille laissés en rade »

Passé par Niary Yally, Renaissance de Dakar…Abatalib Fall se pose énormément de questions concernant les salaires impayés. «Il faut se demander comment laisser en rade des pères et des soutiens de football pendant 10 mois sans travail et sans salaire alors que d’autres nations moins nanties comme la Mauritanie ou le Mali ont pris les dispositions nécessaires pour jouer et accompagner les clubs.»

« Que la Ligue pro prenne ses responsabilités »

Pourtant, des subventions ont été allouées aux clubs par la Fédération sénégalaise de football (FSF).  Mais, il semble que cela ne peut pas régler tous les problèmes auxquels sont confrontés les acteurs du football sénégalais. « D’abord il faut qu’on respecte les acteurs (entraîneurs et joueurs). Après ça, il faut que les acteurs soient impliqués dans toutes les décisions prises par le Comex (Comité exécutif de la Fédération sénégalaise de football). La Ligue pro doit aussi prendre ses responsabilités par rapport aux décisions parce que c’est un regroupement de présidents de clubs», a conclu le jeune technicien.

Pour rappel, le championnat sénégalais est à l’arrêt depuis mars à cause de la crise sanitaire.

Igfm