Entente tacite entre l’aristocratie maraboutique et les autorités de la République sur le dos du peuple sénégalais

« Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants : c’est l’indifférence des bons ». Martin Luther King.

Le pays de la Teranga traverse depuis quelques semaines de vives tensions sociales voire politiques marquées d’une part par l’intransigeance injustifiée du gouvernement du président de la République,  monsieur Macky Sall sous forme de provocation à tester les capacités de résistance de l’opposition voire du peuple et d’autre part par son refus systématique d’honorer ses nombreux engagements en vue de résoudre définitivement la crise qui plombe les secteurs de l’enseignement et de la santé.

Ces tensions sociales récurrentes font au froid et de surcroît portent les gerbes d’une possible révolte populaire aux conséquences incalculables pour l’ensemble du corps social sénégalais.  Ces moments de détresse des syndicats des services publics de l’enseignement et de la santé doivent interpeller tous les citoyens sénégalais épris de justice sociale  et de paix. Nous avons besoin de toutes les voix afin  de sortir le pays du climat délétère qui prévaut en ce moment et qui à terme risque de provoquer une onde de choc préjudiciable à tous points de vue à une harmonie sociale tant chantée à travers tout le pays.

Nous nous bornons à rappeler à bout de champ que le Sénégal est béni de Dieu grâce aux prières de nos illustres prédécesseurs  et que le pays est protégé des troubles voire désordres qui frappent de manière cruelle d’autres pays musulmans. Nous nous berçons dans une regrettable illusion de peuple élu dans notre inconscient collectif qui nous épargnera contre vents et marées de l’insécurité voire de scènes de violence sauvage ou de vengeance.  Nous avons tendance à oublier que nous sommes pas plus vertueux que les autres croyants des pays frappés soudainement par une vague de violence inouïe.

En effet, il ne suffit pas de proclamer sur tous les toits du monde que le Sénégal est un pays de paix pour qu’il le reste ad vitam aeternam. La paix sociale ne peut se construire que dans le respect total des droits et libertés de tous nos compatriotes. Le rappeler n’est jamais de assez. C’est devenu même une nécessité dans ces périodes de turbulences. Nous ne pouvons pas continuer à espérer  vivre dans une société de paix voire de justice qui aspire tout de même au développement  en nous s’obstinant dans le déni voire en refusant de décrire la situation du pays telle qu’elle est en vue de situer la responsabilité des uns et des autres sur le retard ou sur les goulots qui étranglent le Sénégal.

Ce qui nous amène à poser la question du rôle de l’aristocratie maraboutique au sein de la société.  Poser une telle question n’est pas un acte de défiance voire de rejet de l’autorité maraboutique sur nos consciences, mais il s’agit tout au plus de nous interroger sur les soubassements de leur silence et/ ou de leur complicité sur les nombreuse dérives du président de la République, monsieur Macky Sall. Il est regrettable aujourd’hui au Sénégal qu’il n’est plus permis aux citoyens sénégalais qui ont une autre lecture de l’aristocratie maraboutique de pouvoir l’exprimer sans crainte de subir les représailles de talibés fanatisés ou  manipulés par des marabouts politiciens.

Constater la connivence coupable d’une certaine aristocratie maraboutique avec nos autorités publiques n’est plus un secret de polichinelle pour toute personne qui analyse objectivement leurs jeux d’intérêts sur le dos du contribuable sénégalais. Le relever n’est nullement de l’insolence ou un manque de déférence à leurs égards. C’est juste une certaine clairvoyance d’esprit de  mettre à nu leur supercherie à endormir le peuple en lui rappelant sans cesse dans un discours alambiqué que le pouvoir vient de Dieu tout en refusant de  tenir un langage de vérité à nos autorités publiques.

En vérité, une entente tacite s’est nouée entre l’aristocratie maraboutique et les autorités de la République au point qu’aujourd’hui des hommes d’affaires très proches des familles maraboutiques gagnent facilement des marchés en violation même du respect de la procédure d’attribution des marchés publics.

Sans risque de nous tromper, il y a anguille sous roche. Ce clientélisme entretenu de fait par le président de la République, monsieur Macky Sall ne participe pas à une gestion efficiente du pays. La République se complaît à laisser une horde d’hommes d’affaires parrainées par les familles maraboutiques pour faire main basse sur nos potentialités économiques ou ce qui reste après le passage de ses maîtres français.

L’essence même de la République est que le bien public appartient à l’ensemble du corps social sénégalais. Cependant, depuis l’indépendance, les autorités de la République ont mis en place un système pernicieux d’accaparement systématique de nos deniers publics qui épouse parfaitement les contours du fonctionnement d’un régime aristocratique dans lequel les privilèges ne sont réservés qu’à une minorité au détriment du reste de la population. Le Sénégal indépendant n’est jamais sorti de ce carcan politico-maraboutique qui empêche le pays de se libérer en vue de faire face aux multiples enjeux de l’heure. Nous ne pouvons plus accepter de  laisser une minorité agissante nous mener en bateau dans le seul but de préserver leurs privilèges acquis sur le dos du citoyen sénégalais lambda.

C’est la raison pour laquelle les citoyens sénégalais ne sont plus dans une dynamique de cautionner ce jeu de dupes. Ils s’insurgent aujourd’hui sur le comportement d’une certaine élite maraboutique plus prompte à régler séance tenante avec les autorités de la République des questions liées aux besoins matériels de leur confrérie en termes d’infrastructures que de pointer du doigt la responsabilité du gouvernement du président Macky Sall sur ses dérives liberticides, sur l’instrumentalisation perfide de notre système judiciaire, sur l’impunité de certains pilleurs de nos deniers publics, sur ses provocations et sa volonté sordide et lâche d’en découdre avec des armes non conventionnelles en Démocratie avec ses adversaires politiques, sur les conditions de vie difficiles de beaucoup de nos compatriotes de surcroît leurs talibés.

Le respect que nous leur témoignons est dû pour l’essentiel à l’estime de nos compatriotes pour les pères fondateurs des confréries maraboutiques.  Cette déférence à leur encontre n’est possible aujourd’hui que si les chapelles maraboutiques prennent leur responsabilité de dire la vérité au président de la République si toutefois elles constatent de bonne foi qu’il persiste dans l’erreur et la violation des droits ou intérêts des citoyens sénégalais. Toute autre attitude de l’aristocratie maraboutique relève de la supercherie  voire d’une fuite  de responsabilité à assumer pleinement leur rôle devant le peuple.

Le silence de l’aristocratie maraboutique sur les dérives  voire la gouvernance sombre et nauséabonde du président de la République, monsieur Macky Sall est – ce de l’insouciance ou une certaine indifférence au sort des plus vulnérables d’entre nous voire d’un aveuglement en raison de sa politique taillée sur mesure de modernisation des cités religieuses ? Pourtant, l’argent que le président de la République, monsieur Macky Sall déverse dans leurs cités religieuses sans aucun contrôle et au gré seulement de ses envies en vue de détourner le regard de ces régulateurs sociaux sur ses manquements préjudiciables à la paix sociale, est également le nôtre.  Rien que pour ça vous ne pouvez plus regarder le silence des momies sur les menaces de déstabilisation de la société par notre président par défaut, monsieur Macky Sall.

A ce titre, je me permets de vous lancer un appel afin que vous preniez la juste mesure de votre rôle de guide religieux qui consiste à indiquer le chemin de la bonne vie sans distinction de rang social. Vous devez avoir conscience que beaucoup de nos compatriotes voient en vous des voix plus autorisées dans leur vie quotidienne que celle de notre président – politicien , monsieur Macky Sall , pourtant élu en 2012 par 65% du corps électoral.  Rien ne vaut même les largesses  de notre apprenti-dictateur,  monsieur Macky Sall que vous vous détournez de l’enseignement de vos illustres prédécesseurs en vous rangeant aux côtés des fossoyeurs de nos valeurs d’éthique,  de justice, de vérité  et de droiture dans la gestion du pays.

Les fastes du pouvoir ne doivent pas vous obnubiler au point de perdre le crédit au près de vos frères et disciples. Ce jeu de dupes ne vaut pas la chandelle.  Rien que la montée en puissance d’une nouvelle forme de conscience citoyenne virulente voire acerbe sur les réseaux sociaux doit vous pousser à revoir votre manière assez singulière à être le soutien indéfectible du pouvoir en dépit même de sa violence et de ses  exactions contre le peuple.

L’heure est grave. Il est du devoir de chacun d’entre nous de se déterminer en fonction de sa croyance voire de sa fibre patriotique sur les dérives de notre apprenti-dictateur,  monsieur Macky Sall  au lieu de nous tenir un discours moralisateur sur le respect et des menaces de représailles pour quiconque s’évertuerait à traiter les marabouts de complices des conséquences  de la gestion scabreuse du président Macky Sall en raison même de leur silence suspect voire coupable sur ses abominables forfaitures.

Toutefois, il demeure certain qu’il existe encore au sein de nos familles  maraboutiques des hommes de Dieu qui pour rien au monde ne vont jamais se compromettre en soutenant publiquement un régime politique à la fois oppresseur et injuste envers le peuple.

A ces hommes, nous leur demandons d’être juste nos guides éclairés en vue de permettre à nos compatriotes de s’affranchir d’une servitude volontaire oppressive que la foi et la morale abhorrent. Nous avons besoin d’étendre la voix sage de ces hommes résonner partout dans nos villes voire villages pour que les citoyens sénégalais sachent que le Sénégal peut et mieux doit sortir de ce désastre socio-économique qui frappe de plein  fouet les plus vulnérables d’entre nous  même si le pouvoir politique va continuer à utiliser toutes sortes de manœuvre en vue de bâillonner nos libertés publiques.

Par ailleurs, ce combat ne doit pas s’arrêter uniquement au régime oppresseur du président de la République, monsieur Macky Sall. Il doit obligatoirement viser tout pouvoir qui prend du plaisir à traiter les citoyens sénégalais comme des objets voire comme des sous hommes à abrutir par le biais des soirées mondaines interminables, des galas de lutte ou  par le canal des chaînes de télévision publique ou privée avec leur lot de programmes incultes et déconnectés de la réalité objective du pays de la Teranga.

Ce combat n’est pas jamais gagné d’avance puisqu’il existe encore au sein de notre société des hommes sans foi ni loi, des forces ou des organisations qui militent activement pour le maintien du statu quo en vue de mieux asservir nos compatriotes.

A cet effet, aucun artifice d’équilibriste n’est tenable aujourd’hui. Soit on est pour la défense des valeurs voire des intérêts du peuple ou soit on est avec les hommes du régime du président de la République, monsieur Macky  Sall qui entretiennent un climat de terreur ou de violence verbale  au sein de la société afin d’asservir nos compatriotes qui refusent l’indignité voire la servitude.

Massamba Ndiaye

massambandiaye2012@gmail.com