LE RETOUR ANNONCÉ DU DIALOGUE NATIONAL, UN DES SUJETS EN EXERGUE

Les quotidiens parvenus vendredi à l’APS commentent de nombreux sujets d’actualité parmi lesquels le retour du dialogue national impliquant le pouvoir et l’opposition, dans un contexte où le débat public est vampirisé par la crise sanitaire liée à la Covid-19 et à ses conséquences.
La reprise des travaux du dialogue national, dont le dialogue politique est un des volets, « se prépare activement », rapporte L’As, selon lequel les « complaintes des acteurs du dialogue national ne sont pas entrées dans l’oreille d’un sourd ».
Selon le journal, le président du dialogue national, Famara Ibrahima Sagna, et son équipe « préparent activement la reprise » de ces concertations que le chef de l’Etat souhaite très inclusives.
L’As précise qu’il « n’est pas exclu que les choses redémarrent progressivement dans les quarante-huit heures à venir », ce qui devrait contenter beaucoup des parties prenant part au dialogue national, dont Mamadou Diop Decroix.
Dans une interview accordée au journal Le Quotidien, ce député, figure importante de l’opposition sénégalaise, déclare que la commission du dialogue politique « doit reprendre ses travaux dans les meilleurs délais ».
Seulement, à y regarder de plus près, les quotidiens semblent davantage inquiets de l’évolution de la pandémie de la maladie à coronavirus au Sénégal, en raison de l’augmentation des nouvelles contaminations dites communautaires, une « explosion sans arrêt des cas de Covid-19 », note Tribune.
« Impuissance ! » affiche ce journal selon lequel « les cas issus de la transmission communautaire empêchent » les autorités « de dormir du sommeil des justes », d’autant plus que « les cas de coronavirus explosent ».
« Aucune baisse n’est constatée et de plus en plus de localités sont touchées », écrit le même journal. Ces inquiétudes sont relayées par la plupart des journaux, dont Vox Populi, qui rapporte à ce sujet des déclarations du professeur Moussa Seydi, le responsable de la prise en charge sanitaire de la riposte contre la Covid-19.
L’infectiologue dit ne pas être surpris « par l’explosion des cas communautaires ». « Ce qui se passe est douloureux. Et ce sera encore plus douloureux », ajoute-t-il. Des propos qui ne sont pas pour rassurer et qui amènent certains quotidiens à chercher des explications.
« Haro sur une stratégie ‘à bout de souffle’ », écrit par exemple le journal EnQuête, mettant le doigt sur la hausse des cas communautaires, des cas graves, ainsi que la communication du ministère de la Santé et de l’Action sociale.
« Le scénario tant redouté d’un débordement des structures sanitaires se dessine de plus en plus, avec l’explosion notée, ces derniers jours, des malades testés positifs au coronavirus », lit-on dans les colonnes du même journal.
EnQuête cite ensuite la Coalition pour la santé et l’action sociale, structure selon laquelle « si la courbe n’est pas inversée, de sérieuses menaces planent sur le Sénégal ».
Kritik’ insiste donc sur le port du masque, « pour éviter le pire ». D’autant plus que, malgré « le bilan macabre qui frôle presque 250 morts, certains compatriotes refusent toujours de porter les masques alors que la bataille communautaire est la dernière occasion pour le pays de s’en sortir ».
L’Observateur tire un « bilan à mi-parcours inquiétant » des interventions des sapeurs-pompiers dans le cadre de la riposte contre la Covid-19, après cinq mois de lutte contre le coronavirus.
Le journal raconte les nombreuses difficultés qu’ils rencontrent sur le terrain à cause d’un « manque de moyens » et d’un « défaut d’équipements adéquats ».
Le Témoin Quotidien annonce que cinq candidats sont en lice pour le poste de directeur général de l’ASECNA, l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar. Le journal précise que l’élection du directeur général, initialement prévue le 14 septembre à Niamey, la capitale du Niger, a été délocalisée à Dakar.
WalfQuotidien signale que le président sénégalais, Macky Sall, va participer à la prochaine université d’été du MEDEF, le Mouvement des entreprises de France, le 26 août prochain.
« Une occasion pour le patronat hexagonal de l’interpeller sur ses intérêts au Sénégal qui, visiblement, ne semblent plus trouver grâce à ses yeux, à cause sans doute du flirt avec la Chine et la Turquie », écrit le journal.
Le Soleil s’intéresse au dernier rapport de la Banque mondiale sur l’évaluation des politiques et des institutions en Afrique, une étude qui « jauge la capacité à soutenir une croissance durable et à réduire la pauvreté ». « Le Sénégal, 3e sur 39 pays », titre le journal.