LE RAPPORT D’AUDIT DE L’ARMP À LA LOUPE DES QUOTIDIENS 29 novembre 2019 à 10h29m

Dakarmidi- Les quotidiens du vendredi passent au crible le rapport d’audit 2017 de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) rendu public la veille, tout en s’intéressant à d’autres sujets.

Il est notamment question de ce rapport dans la quasi-totalité des journaux parvenus à l’Agence de presse sénégalaise, chaque publication y allant de son analyse et commentaire. Il en est ainsi par exemple du quotidien Enquête, lequel évoque ‘’Ombre et lumière’’ à sa Une.
‘’Malgré les avancées, les autorités contractantes continuent de passer la plupart des marchés publics par entente directe. Ainsi, 139 milliards de francs ont été dépensés par ententes directes et 1406 milliards de francs par appels d’offres’’, fait savoir la publication.
Le journal met également en relief les critiques portées par les auditeurs de l’ARMP sur une disposition règlementaire excluant la Caisse des dépôts et consignations du Code des marchés publics.
‘’Après exploitation des résultats issus des audits, on se rend compte de l’augmentation de la délinquance dans les procédures de passation des marchés publics’’, commente de son côté Libération.
‘’Les +gars+ ont encore fait très fort !’’, s’est ainsi exclamé ce journal en pointant du doigt certaines irrégularités décelées par le régulateur des marchés publics.
Le journal cite par exemple des ‘’collusions frauduleuses et un scandale portant sur plus d’un milliard de francs à la Délégation générale à la protection sociale, et un curieux dépassement de 2 milliards de francs sur le marché du Train express régional (TER).
A propos des irrégularités décelées par les auditeurs de l’ARMP, L’Observateur déplore des ‘’abus d’autorités’’ en rappelant que le rapport a été publié avec un an de retard.
‘’Si en apparence, les audits ont confirmé la tendance à la bonne application des dispositions du Code des marchés publics, il reste une vingtaine de non-conformités récurrentes et significatives à dénicher directement sur le site internet de la structure de contrôle, loin de la présentation du directeur général Saër Niang, en poste depuis plus des deux mandats convenus’’, souligne le journal du groupe Futurs médias (GFM).
‘’Aux marchés des irrégularités : Coud, Apix, Cdc… épinglés’’, indexe Le Quotidien. Dans son exploitation du rapport, la publication a relevé des fractionnements, retards dans la publication des plans de passations de marchés, défaut d’inscription des marchés dans le Plan de passation des marchés.
Le journal du groupe Avenir communication cite des défaillances dans le dispositif organisationnel et institutionnel parmi les dysfonctionnements décelés dans la gestion de la commande publique.
Davantage critique Le Témoin n’y va pas par quatre chemins : ‘’L’ARMP publie un rapport bidon’’. Selon le journal, le directeur général de la structure a préféré esquiver les questions relatives au différend entre la Sénégalaise des eaux et l’Etat du Sénégal.
‘’Avec deux ans de retard, le régulateur a rendu public un rapport expurgé de tous faits précis relatifs à la mauvaise gestion de nos sociétés nationales et établissements publics’’, soutient ainsi le quotidien.
D’autres publications ne lâchent pas encore l’affaire de maltraitance de talibés, revenant notamment sur le saccage mercredi du hall du Tribunal de grande instance de Louga après le réquisitoire du ministère public à l’encore des auteurs présumés des actes de maltraitance.
‘’L’ordre des avocats dans tous ses états’’, fait ainsi savoir Walf Quotidien, en mettant en relief la demande formulée par la structure pour que la lumière soit faite sur le saccage du tribunal. ‘’L’Ordre des avocats estime que la justice doit faire son travail pour ces actes de vandalisme’’, note le journal.
Ces préoccupations des robes noires semblent avoir trouvé échos auprès du Garde des Sceaux. Dans les colonnes du journal L’AS, Me Malick Sall assure que les ‘’auteurs seront identifiés et punis’’.
Pendant ce temps, Le Soleil annonce une hausse de deux milliards sur le Fonds de résilience du bétail décidée par le chef de l’Etat lors de la célébration la veille de la Journée nationale de l’élevage organisée à Kaël, une commune de la région de Diourbel (centre).
‘’Le président de la République a décidé d’ajouter deux milliards de francs sur le fonds de revolving dédié aux éleveurs, le portant ainsi à 4, 5 milliards’’, souligne le journal.

Laisser un commentaire