Que dit l’Islam concernant le fait de croire à la superstition et aux présages ?

Dakarmidi – La superstition, les présages ou la voyance sont des actions du temps de l’ignorance (Jahiliya).
S’adonner à ce genre de pratique relève du « shirk » puisqu’il implique que la personne refoule la grandeur d’ en impliquant l’existence d’une puissance autre que Notre Créateur.
Notre Prophète Muhammad (sallallahou ‘alayhi wa salam) a dit:
« Quiconque apprend quelque chose de l’astrologie a appris une branche de la sorcellerie (sihr)… »
[Rapporté par Abû Dawud dans ses Sunan avec un isnad sahih d’après Ibn ‘Abbas qu’Allah l’agrée].

« Ne fait pas partie de nous celui qui pratique l’augure ou le fait faire pour lui, celui qui dit la bonne aventure ou se la fait dire, ou celui qui pratique la sorcellerie ou la fait faire pour lui. »
[Rapporté par Al-Bazzar avec un isnad jayid d’après ‘Imran ibn Husayn].

Allah soubhanou wa ta’ala nous a également mis en garde contre ces fausses croyances qui mènent le croyant vers un affreux égarement.
« Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne connaît l’Inconnaissable, à part Allah. » Et ils ne savent pas quand ils seront ressuscités! » (Coran, 27/65).

Le croyant doit éviter tout ce qui est néfaste à sa croyance et qui pourrait annuler sa foi en Allah soubhannou wa ta’ala.
La superstition fait partie du polythéisme, ce qui la rend incompatible avec la croyance en l’unicité d’Allah qui est obligatoire, d’après Ibn Mass’ôud (Radiallahou ‘anhou) le Prophète (sallallahou ‘alayhi wa salam) a dit :
« La superstition fait partie du polythéisme, la superstition fait partie du polythéisme ! »
[Rapporté par Abou Daawoud et Tirmidhi].

Enfin, voici une invocation pour repousser la superstition:
Allâhoumma lâ tayra illâ tayrouka wa lâ kheyra illâ kheyrouka wa lâ ilâha ghayrouka)
« Ô Allâh ! Point d’augure si ce n’est le Tien, et point de bien si ce n’est le Tien, et point de divinité digne d’adoration que Toi. »