Législatives 2017 : la campagne des artistes-politiques dans l’ombre

Dakarmidi – Les élections législatives du 30 juillet prochain continuent de faire couler de la salive. L’engouement et l’ampleur des campagnes se tonifient de jour en jour. Les débats sont échauffés par la politique. Comme tout citoyen, les artistes aussi ont leurs candidats ou coalitions à soutenir. Si certains d’entre eux ont exposé leur appartenance politique, ou leur préférence pour l’une ou l’autre coalition, d’autres préfèrent plutôt faire dans la discrétion ou dans la neutralité pour ne pas se retrouver dans une situation difficile. Sud Quotidien leur donne la parole…

MAME GOOR DIAZAKA, ARTISTE : «Je soutiens  Macky Sall  et je le crie haut et fort»
« Moi, je soutiens  Macky Sall  et je le crie haut et fort parce que c’est lui qui détient un bon programme. Et c’est cela qui me suffit. C’est son parti seulement qui a pu présenter un programme juste et prometteur, en mesure de faire avancer le pays. Je ne suis pas comme les autres artistes qui préfèrent taire leurs positions. L’opposition n’a ni programme, ni conviction. Ils ne sont là que pour défendre leurs propres intérêts au lieu de défendre l’intérêt des populations. Le Sénégal a besoin de personnes comme Macky Sall mais pas de ceux qui te tournent le dos après avoir obtenu ce qu’ils cherchaient, alors que tu les as soutenus pendant des années.»

ALIOUNE MBAYE NDER, ARTISTE : «Je préfère rester discret»
«Je préfère rester neutre, être devant mon petit écran et regarder les leaders faire leur campagne. Toutefois, je suis les programmes de toutes les coalitions. Une fois le jour du vote, j’irai tranquillement au scrutin voter pour le parti qui me convainc. Quant à mon appartenance politique, je préfère rester discret. Mais comme tout bon citoyen, j’attends des députés un engagement sans frontière, pour défendre l’intérêt du peuple ».

ABY NDOUR, ARTISTE : «Je ne soutiens aucun parti politique»
« Je ne soutiens aucun parti politique. D’ailleurs, j’étais en voyage. Je viens de rentrer il y a à peine deux semaines et je ne suis même pas la campagne électorale. Je ne suis pas impliquée et ça ne m’intéresse même pas. Pour les élections, que le meilleur gagne et que la paix règne dans le pays. C’est tout ce que je peux dire. Concernant les futurs députés, j’attends d’eux une Assemblée Nationale qui n’a rien à voir avec le système actuel. Des députés qui porteront la voix du peuple  et qui exposeront leurs maux notamment dans le domaine de la santé et de l’éducation pour apporter des solutions ».

PERE OUZA, ARTISTE : «Si ce n’était pas le cas de Khalifa Sall, c’est sûr que je serais avec Benno Bokk Yaakaar»
« Pour la campagne électorale, je dirais que c’est toujours la même chanson chez les politiciens. Personnellement, je ne suis pas mêlé à cette campagne. Mais, en Afrique et au Sénégal en particulier, c’est un problème de système qui se pose. C’est donc le système qu’il faut changer. Sérieusement, si ce n’était pas le cas de Khalifa Sall, c’est sûr que je serais avec Benno Bokk Yaakaar (Bby) parce que je me suis battu avec eux pour arriver là où on est aujourd’hui. Tu ne peux pas louer les mérites de quelqu’un et le lendemain le vilipender. Mais c’est seulement le cas de Khalifa Sall qui me gêne. Et j’ai exprimé mon indignation partout. C’est pour cela cette fois-ci, je ne fais que suivre la campagne au lieu d’exprimer ma position. Je ne peux pas être avec l’opposition parce qu’elle est hétérogène. Elle ne sait pas ce qu’elle veut. Si aujourd’hui, Bby gagne ces élections législatives, on va dire que c’est grâce à l’emprisonnement de Khalifa. Elle pouvait gagner sans pour autant l’emprisonner. J’aurais préféré aller avec le pouvoir mais c’est à cause du cas de Khalifa Sall que je suis neutre ».

DOUDOU NDIAYE MBENGUE, ARTISTE : «Le président de la République, Macky Sall et moi, c’est jusqu’à la mort»
« Je suis actuellement en campagne, en compagnie du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne. Et je le faisais déjà avec Son Excellence le Président de la République, Macky Sall. Je l’ai toujours soutenu et je continue à le soutenir. Pour les législatives 2017, je suis avec la coalition Benno Bokk Yaakaar. Le Sénégal ne peut pas avoir mieux que le Président Macky Sall. Il a rendu au Sénégal son lustre d’antan, en prenant des dispositions normatives contre l’enrichissement illicite, les biens supposés mal acquis, le blanchissement d’argent et j’en passe. En parallèle, il a mis des projets extraordinaires comme le Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) et les bourses sociales allouées aux familles démunies pour le développement du Sénégal. Le président de la République et moi, c’est jusqu’à la mort ».

SudQuotidien