Droit de réponse concernant l’article dénommé »Le ministère de la Culture snobe l’hommage à Madiodio Ngingue »

C’est avec beaucoup d’étonnement que nous avons lu sur votre site des « informations », consacrées à l’hommage à feue Adja Madiodio Ngningue,  selon lesquelles :

« À quelques jours du grand événement dédié à la grande cantatrice feue Adja Madiodio Gningue, ce 21 Juillet, Abdou Latif Coulibaly, non moins ministre de la Culture, n’a pas décidé de prêter main-forte à la famille de cette grande dame, qui a fait raisonner (sic!) plus d’une fois, le théâtre National Daniel Sorano. À l’heure où tous ses amis, avec qui, elle avait superbement partagé le plancher de ce temple de l’art, l’état du Sénégal, par le billet du ministère de la culture, n’a pas voulu donner le cachet qu’il faut à cet événement multiculturel ».

En outre est-il ajouté « l’appréciation que le directeur des arts, Mr Koundoul aurait donnée à cet hommage ne renforce pas la culture dans notre pays, et pire encore, le ministre est aux abonnés absents à chaque fois qu’on lui rappelle la date de l’évènement. Madiodio Gningue mérite la reconnaissance de la République, elle qui a joué devant tant de délégations étrangères sous Senghor comme sous Diouf. Vivement le gouvernement sous l’égide de Dionne rectifie le tir ».

Nous déplorons ces allégations fallacieuses dont il eût été facile, en procédant à de simples vérifications, d’éviter la diffusion.  Si, bien entendu leurs auteurs étaient de bonne foi.

La vérité bien simple est que, effectivement, le Ministère a été sollicité pour un soutien. Au regard de la notoriété de celle qui est célébrée, feue Madiodio Gningue (Que le Paradis soit sa demeure éternelle !) et surtout de son apport considérable au rayonnement de la Culture sénégalaise, le Ministre a instruit le Directeur des Arts d’accorder un appui évènementiel d’un montant de 500 000 francs.

En sus de cette subvention, le Ministère de la Culture, par le biais de la Direction générale de la Compagnie du Théâtre national Daniel SORANO, a mis gracieusement à disposition l’ensemble lyrique traditionnel et la salle de Sorano pour un coût estimatif de 1.320.000 francs, la famille ne devant prendre en charge que la sécurité et les frais liés à l’accueil pour un montant de 300.000 francs. Au total, l’appui global du Ministère de la Culture à cet évènement est évalué à 1 820 000 FCFA.

Et contrairement à ce que pourraient laisser croire les « informations » référées, la fille d’Adja Madiodio Gningue est déjà  passée à la Direction des Arts, depuis le 18 juillet, afin de signer une convention lui permettant de jouir de la subvention qui lui a été remise.

Le document est disponible à toutes fins utiles. 

-CC à Monsieur le Ministre de la Culture