2021 ou la fausse calculette de Wattu Sénégal ! (Par Mamadou Ndione)

Dakarmidi – 2021 ! Au mieux c’est à cette date que le Sénégal exploitera son gaz. Notre pays n’est pas en train de vendre du pétrole et du gaz. Dans sa dernière trouvaille puérile, la coalition Wattu Sénégal réclamerait la somme de 600 milliards de FCFA au motif que l’État du Sénégal aurait renoncé à son droit de préemption pour Timis corporation. Pour les opposants en mal d’arguments, le Sénégal aurait dû se substituer à Petro- Tim Limited et négocier directement avec Kosmos Energy Sénégal.

En somme, pour l’opposition, le Sénégal aurait dû entrer  en procédure de dénonciation du contrat le liant à Petro- Tim Limited. Pour rappel, ce contrat existe  depuis janvier 2012 suite à la signature du Ministre  Karim Meissa Wade avec les décrets signés par le Président Abdoulaye Wade. Une partie de l’opposition soutient même dans une frénésie suspecte  que les décrets signés par le Président Wade étaient irréguliers. Cette réflexion inopportune doit à notre humble avis être traitée par le PDS membre de cette même opposition hétéroclite. Que pense le PDS des contrats signés par Wade et que l’opposition qualifie d’irrégulier ? Cette question est d’un intérêt capital pour les Sénégalais.

Revenant à l’arithmétique, les 600 milliards de francs CFA sortis de la magie de Wattu Sénégal proviendraient d’un calcul sur la valeur supposée de la part de Timis Corporation estimée à 135 milliards de m3. Pour rappel Timis Corporation est détenteur de la part de Petro- Tim Limited suite à une cession permise par l’article 56 du code pétrolier.  Timis s’est substitué à Petro- Tim Limited dans l’engagement sur les  obligations de travaux. Il ne s’agit pas de part du gâteau mais bien de participation à l’investissement. Kosmos fera de même pour les parts de Timis et cette pratique est une coutume dans le secteur pétrolier et gazier.

C’est comme si l’opposition jouant avec les Sénégalais voulait leur faire comprendre que le gaz est disponible, Timis a 135 milliards de m3 et  va venir avec des seaux et des bassines pour les remplir et aller les vendre pour récolter sans bourses déliée 600 milliards de FCFA. Ce n’est pas vrai et Wattu Sénégal en versant dans la surenchère inintelligente recevra le retour de bâton d’un peuple intelligent qui sait que l’exploitation du pétrole et du gaz interviendra au mieux vers 2021 et que d’ici là on parlera d’abord de recherche, de développement et d’investissement. C’est cela la vérité qu’aucun calcul simpliste et malveillant ne saurait contredire.

Il est vrai qu’après le gros mensonge fiscal, la copie de l’opposition a été corrigée au grand jour par les articles 48 et 56 du code pétrolier et l’article 722 du nouveau code général des impôts. La combinaison de ces trois articles montre que les titulaires de convention ou de contrat pétrolier et gaziers  sont exonérés pendant les phases de recherche et de développement de tous impôts, taxes et droits au profit de l’Etat.

Ce sont ces trois articles qui ont fait fondre comme beurre sous tropique les arguments fallacieux de ceux qui, sous couvert d’une fausse expertise fiscale, distillaient le faux par populisme et opportunisme.

Après que soit démontées les contrevérités fiscales qui parlaient allègrement de 90 milliards de FCFA, revoilà l’opposition dans un registre arithmétique élémentaire plus osé donnant 600 milliards de FCFA représentant le soi-disant coût de renoncement supposé des 135 milliard de m3 de gaz escomptés équivalent au 40% de part de Timis. Ce que l’opposition omet maladroitement de dire, c’est que Timis continuera de mettre les 50 milliards contractuels  prévus dans le cadre de  la recherche. L’opposition sait que Timis au même titre que Kosmos mettra aussi  sa part d’investissement dans le cadre des obligations de travaux contenus dans les contrats durant le développement avant l’exploitation prévue au mieux 2021. 2021 c’est l’année du début d’exploitation et donc de résultats probables taxables.

En définitive, l’opposition avec son arithmétique simpliste et puérile semble être en 2021 alors que nous sommes en  2016 année de recherche, de développement et d’investissement. L’opposition dans son inintelligence aveugle oublie que les Sénégalais ne vont pas avaler ses couleuvres.

En 2021, l’opposition pourra sortir sa calculette pour refaire l’arithmétique avec plus de chance de ne pas faire du faux. Elle le fera parce qu’à ce rythme puérile, elle risque de rester dans l’opposition pour longtemps parce que les Sénégalais veulent d’un débat plus intelligent sur ces questions qui doivent nous faire éviter de tomber dans le jeu d’intérêts  obscurs de multinationales qui, par opposants locaux interposés n’hésiteront pas à tout mettre en œuvre pour  qu’en 2021 le gaz pollue plus qu’il n’apporte grand-chose au Sénégal. Le défi Sénégalais est qu’en 2021, nous soyons un pays producteur paisible pour tirer profit nos ressources.

Pour ce faire, nous devons rester dans le factuel de la vérité et non dans les suppositions et autres calculs arithmétiques puériles. La Presse peut aider à cela en demandant à l’opposition les preuves de ses allégations. Sans preuve, elle sera cette dans le registre de la spéculation à 600 milliards de FCFA virtuels et la recherche de buzz.

Nous osons croire que dans sa frénésie actuelle, l’opposition ne soient mue que par une volonté de masquer les réalisations du Président Macky Sall. Il y a pire. C’est que l’opposition ne fasse sciemment ou non le jeu de forces obscures et manipulatrices qui ne veulent pas qu’en 2021 nous soyons un pays producteurs de gaz et de pétrole. Nous n’osons imaginer ce scenario lourd de conséquences qui n’honorent pas les opposants. Il est possible de rester dans la critique sans verser dans des spéculations non patriotiques.

La partie critique non extrémiste de l’opposition doit éviter ce glissement de relais aveugle d’informations via des soi-disant gourous expert du pétrole dont la neutralité n’est pas irréprochable. Le patriotisme recommande plus de vigilance pour éviter de tomber dans le piège des « manipulateurs informateurs intéressés ». Après tout le Sénégal nous appartient et va au-delà de nos périssables corps. Le génie Sénégalais doit nous faire faire le sursaut intelligent pour rester dans la bénédiction du pétrole et du gaz.

Par  Mamadou NDIONE

Economiste Ecrivain 

Conseiller départemental à Mbour 

Responsable politique APR Diass