Coronavirus : le pape François appelle tous les croyants à jeûner une journée du mois de Ramadan

Le pape François a appelé les «croyants de toutes confessions» à s’unir jeudi lors d’une journée de jeûne et de prière pour demander à «Dieu d’aider l’humanité à vaincre la pandémie de coronavirus».

Un groupe interreligieux de haut niveau, le Comité supérieur de la fraternité humaine, a organisé la journée de prière mondiale prévue pour le 14 mai, qui tombe pendant le mois sacré islamique du Ramadan, lorsque les musulmans jeûnent de l’aube au coucher du soleil.

Le grand imam égyptien Ahmad al-Tayeb a également salué cette initiative. Il a invité des gens du monde entier à prier et à faire des œuvres de bienfaisance «pour le bien d’Allah Tout-Puissant, afin de nous débarrasser de cette pandémie et du monde entier», dans un article sur Facebook.

La journée sera un moment historique, selon l’aide du pape François, Mgr Yoannis Lahzi Gaid, prêtre d’Égypte et membre du Comité supérieur de la fraternité humaine.

« Ce sera la première fois que toute l’humanité s’unira pour un seul objectif: prier ensemble, chacun selon sa foi, ce qui prouve que la foi unit, pas divise », a déclaré Gaid dans une interview accordée à Al Arabiya English.

La pandémie a traversé sans discrimination les frontières et les cultures, affectant la vie des gens indépendamment de leur religion et de leur origine.

«Le virus nous a fait comprendre notre fragilité et la nécessité de nous unir en tant que frères. Nous ne pouvons pas en sortir séparément », a déclaré Gaid.

«COVID-19 nous a tous mis à genoux. Mais s’agenouiller est la meilleure position pour prier », a-t-il ajouté.

Le Comité, qui a été créé l’année dernière avec le soutien des Émirats arabes unis, appelle également les gens à prier pour que les scientifiques trouvent un vaccin le plus tôt possible.

Bien que les domaines de la science moderne et de la foi traditionnelle soient souvent perçus comme incompatibles, Gaid a déclaré qu’il n’y avait pas de contradiction entre les deux, comme le montre la pandémie.

«Il y a une complémentarité. La science sans foi reste sans horizon et la foi sans science reste sans support. C’est une grande leçon de COVID-19 », a déclaré Gaid.

Ce n’est pas la première fois que l’ensemble diversifié de chefs religieux et de spécialistes du Comité met l’accent sur la science.

La réflexion sur les progrès scientifiques et techniques a été au centre des réunions interconfessionnelles du Comité qui ont conduit à la signature, l’an dernier, d’un «Document sur la fraternité humaine», par le pape François et le Dr al-Tayeb.

D’autres dirigeants mondiaux ont également approuvé l’appel à la prière du 14 mai, notamment le prince héritier d’Abou Dabi, Cheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, le président libanais Michel Aoun, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et le patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomew.

 

alnas