Maryam Ramadan : « Ce que Serigne Mountakha m’a dit sur mon père, Tariq Ramadan »

Dakarmidi- L’islamologue Tariq Ramadan, incarcéré en France pour viols présumés, vient d’essuyer un nouveau revers judiciaire. Pour la quatrième fois, le juge en charge de son dossier a rejeté sa demande de liberté provisoire. Pendant ce temps, sa fille aînée, Maryam Ramadan, mène le combat pour la libération de celui qu’il considère comme un « prisonnier politique ». Après avoir été reçue par le khalife des mourides, Serigne Mountakha Mbacké, mardi dernier à Touba, elle s’est confiée à Seneweb. En exclusivité.

Maryam Ramadan, vous êtes la fille de l’islamologue Tariq Ramadan, qui est en détention en France pour viol. Quel est l’objet de votre séjour au Sénégal ?

Je suis venue au Sénégal parce que c’est mon père qui nous a donné l’amour de ce pays. Il venait ici régulièrement.

Vous avez été reçue par le khalife des mourides. Comment s’est passée la rencontre ?

Le khalife des mourides, Serigne Mountakha Mbacké, m’a accueillie mardi dernier. Je lui ai expliqué la situation de mon père avant de lui demander de formuler des prières pour lui.

Que vous a-t-il répondu ?

Il a fait un très beau discours en nous demandant de continuer de nous battre. Car, il m’a dit que ce sont les hommes qui sont sur le chemin de Dieu qui sont éprouvés. Nous allons continuer la bataille et dénoncer qu’il est un prisonnier politique.

Cela fait maintenant neuf mois que mon père est incarcéré injustement dans une prison française. Entre 2017 et 2018, des plaintes pour les faits de viol ont été déposées contre lui. Des investigations ont été ainsi ouvertes et, il a été convoqué le 31 janvier 2018 en France. Il est allé répondre de son propre gré à la convocation. Malheureusement on est resté 45 jours sans avoir de ses nouvelles. On n’avait pas le droit de le voir, ni de lui parler encore moins de lui rendre visite. Maintenant, on a la possibilité de le voir trois fois dans la semaine.

Vous considérez que votre père est un « prisonnier politique », mais on l’accuse de viol et il y a des témoignages accablants.

Au moment de l’arrestation de mon père, le juge n’avait pas d’éléments qui prouvaient l’existence des faits de viol. Les deux plaignantes venaient de villes différentes et disaient ne pas se connaître, même si elles avaient le même récit. Il y avait trop d’indices concordants contre lui. Au final, on a appris que ces deux femmes ont menti sur toute la ligne.

Êtes-vous en possession d’éléments qui prouvent qu’elles ont menti ?

Nous avons appris, après investigations, qu’elles se connaissaient depuis 2009 et qu’elles étaient en contact permanent avec des ennemis notoires de mon père. Les juges n’ont pas tenu compte de ces éléments. Ils n’ont même pas essayé de connaitre la psychologie de ces femmes, de savoir qui elles sont réellement et quelles sont leurs motivations. Plus les investigations continuent, plus on voit qu’il n’a pas commis les crimes retenus contre lui. Il est le seul accusé au monde qui est en détention provisoire pour ce type d’accusation.

Ne trouvez-vous pas normal qu’il soit incarcéré le temps qu’éclate la vérité ?

En France, on a des autorités qui ont été accusées pour les mêmes faits et qui, pourtant, sont en liberté. Nous sommes pour l’éclatement de la vérité parce que nous voulons que mon père soit blanchi de cette histoire. Mais, nous ne comprenons pas pourquoi on veut toujours le garder en détention provisoire.

Voulez-vous dire que votre père est victime d’un coup monté ?

Je ne dirais pas que c’est un coup monté mais cette affaire est un cas politique. Il y a des personnalités qui, depuis des années, vouent une haine viscérale à mon père. Elles ont toujours mené une campagne contre lui. Mon père a des positions qui dérangent, il a mené, de manière courageuse, des combats contre toutes les dictatures, l’islamophobie et le non-respect des droits palestiniens. Aujourd’hui, on lui a interdit de rentrer dans son pays, l’Égypte. Il y a une volonté manifeste de le contraindre au silence.

Quelles sont vos preuves ?

Quand on analyse les faits, on voit bien que son dossier vide. Plus les investigations se poursuivent, plus on a la certitude que mon père est innocent donc, il est anormal qu’il ne puisse pas bénéficier de la présomption d’innocence. Nous ne comprenons pas qu’une telle chose puisse se passer dans un pays de droit comme la France.

Votre père a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec des femmes…

Il a reconnu avoir eu des relations consenties avec des femmes. Les messages qui ont été retrouvés prouvent qu’il n’y a pas eu de viols.

Comment votre père se porte-t-il ?

Il faut savoir que mon père n’a même pas accès à son dossier alors qu’il doit préparer sa défense. Il est traité comme quelqu’un qui a été déjà jugé et déclaré coupable alors qu’il est juste en détention provisoire et peut même bénéficier d’un non-lieu total. On n’a même pas encore retenu une date pour son procès, s’il y en aura.

Quel est son état de santé actuel ?

Mon père est atteint de sclérose. C’est une maladie très grave, une maladie dégénérative dont il souffre depuis 4 ans. Avant son incarcération, il avait les soins appropriés. Mais depuis qu’il est en prison, son état de santé s’est détérioré. Maintenant, il marche à peine. La première fois que je l’ai vu en prison, il était sur une chaise roulante. C’est très difficile pour nous de le voir dans cet état. Il marche avec un déambulateur. Il a des problèmes de concentration. Il a une douleur constante. Il a des migraines intenses et des crampes qui font qu’il ne peut plus dormir tranquillement. Il dort en moyenne deux heures par jour. Il n’arrive plus à écrire alors que c’est un passionné de l’écriture. Le premier médecin qui l’a consulté a dit que son état était incompatible avec l’incarcération. La situation nous inquiète énormément.

Sa quatrième demande de liberté provisoire vient d’être rejetée. Présente-t-il des garanties qu’il ne s’enfuirait pas ?

On a proposé une caution, on a proposé une remise de son passeport. Nous avons également proposé un bracelet électronique pour sa localisation. En plus d’un pointage à la police tous les jours. Toutes ces propositions ont été rejetées. Les juges nous parlent de récidiviste. S’ils pensent qu’il pourrait récidiver, c’est parce qu’ils l’ont déjà reconnu coupable. Ils nous disent également que s’il bénéficie de la liberté provisoire, il mettrait la pression sur les plaignantes. Or depuis que cette affaire a démarré, mon père a fait une seule fois une vidéo pour nous demander de rester calme, de ne pas répondre par des insultes, de ne jamais parler de violence. Il nous a demandé de laisser la justice faire son travail.

Alors pourquoi ne suivez-vous pas ses conseils et laisser la justice faire son travail ?

Franchement, les déclarations avancées ne sont pas de bonnes raisons pour lui refuser la liberté provisoire.

avec seneweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
Merci de renseigner votre nom