ORIENTATION DES BACHELIERS 2019 : L’Etat sèvre brutalement les établissements privés

Dakarmidi- Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation – qui a présidé, hier, une réunion de coordination avec les recteurs élargie aux responsables des établissements publics d’enseignement supérieur – a annoncé la décision du gouvernement d’orienter l’ensemble des 57 130 nouveaux bacheliers dans les universités publiques, contrairement aux années précédentes.

Que les 57 130 nouveaux bacheliers se le tiennent pour dit. Ils seront tous orientés dans les universités publiques. Le ministre Cheikh Oumar Anne l’a annoncé, hier, à Diamniadio, au terme d’une réunion avec les acteurs du secteur universitaire, qui avait comme menu, la mise en œuvre des mesures prises pour une bonne rentrée académique 2019-2020. Une nouveauté qui, selon le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, entre en droite ligne du programme d’extension des universités, conformément à la politique de l’Etat du Sénégal. «Pour permettre à nos universités et établissements publics de recevoir l’ensemble de ces bacheliers, le gouvernement s’est engagé à mettre en œuvre dans les meilleurs délais les actions suivantes : Terminer l’ensemble des infrastructures relatives au programme d’extension des universités. Terminer la construction et l’équipement des 100 laboratoires scientifiques. Terminer et réceptionner sept espaces numériques verts», a décliné le ministre qui informe que 52 200 nouveaux bacheliers ont déjà effectué leurs inscriptions sur la plateforme d’orientation Campusen.sn sur les 57130 qui ont réussi au BAC.

Cheikh Oumar Anne s’engage à éponger la dette due aux établissements privés d’ici 2020

Des mesures phares qui, au-delà de l’existant, vont s’adosser sur le volet pédagogique avec la finalisation du programme de construction de résidences universitaires à Dakar, Saint-Louis, Ziguinchor et Bambey. «Le ministère de l’Enseignement supérieur mettra à la disposition de l’ensemble des établissements publics de l’enseignement supérieur 200 postes d’enseignants. Au courant de l’année 2020, nous allons construire et équiper 200 nouveaux bureaux pour les enseignants dans nos universités.

Les différentes universités seront réceptionnées courant 2020 pour une bonne partie. Nous allons finaliser et équiper les amphithéâtres en cours de construction à l’université Gaston Berger et à l’université Assane Seck de Ziguinchor. Nous allons finaliser et équiper le restaurant en cours de construction à l’université de Bambey», a-t-il tenu à dire, affirmant que la volonté de la tutelle de «travailler dans la sérénité afin de renforcer le système de l’enseignement supérieur du Sénégal».

Coup de massue pour les privés, un grand défi pour l’Etat du Sénégal

En outre, Cheikh Oumar Anne a réaffirmé sa disponibilité à soutenir les universités disposées à répondre à l’appel du gouvernement pour l’intérêt supérieur de la nation d’exercer pleinement et entièrement la mission de service public que l’Etat leur a conféré.

Revenant sur la dette due aux universités privées, Cheikh OUmar Anne a décliné la ferme volonté du gouvernement d’éponger au cours des deux prochaines années l’ardoise des quatre milliards restants sur les 12 milliards. Un engagement de l’Etat à solder et à régler les factures des étudiants de 2017 et 2018  afin de permettre à ces derniers de continuer leur formation dans ces établissements. «Je tiens à réaffirmer l’engagement du gouvernement à faire de l’enseignement supérieur un des secteurs les plus dynamiques de notre pays», a-t-il insisté.

Il faut dire que la mesure forte prise par l’Etat du Sénégal, à travers le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation, risque d’être une pilule très dure à avaler par les propriétaires des établissements privés qui auront certainement un terrible manque à gagner. Les établissements privés auront du mal à se relever de ce coup de massue qu’ils n’ont pas vu venir. D’autant plus que certains propriétaires ont fait de lourds investissements pour accueillir les étudiants que l’Etat peinait à orienter dans les universités publiques. Mais, de l’autre côté, l’Etat devra relever l’un des plus grands défis du quinquennat du Président Macky Sall. En effet, il devra assurer à tous les bacheliers un enseignement de qualité avec toutes les commodités qui sied. Ce qui sera loin d’être une sinécure. En cas d’échec, l’Etat en portera l’entière responsabilité.