Scandale : Un ministre du Gouvernement d’Ali Bongo aurait été surpris en plein délit d’adultère avec sa collaboratrice

Dakarmidi – Depuis plusieurs jours, des échos d’un scandale au sommet de l’État gabonais ont envahi les réseaux sociaux. Dans un fait inédit unanimement décrié un ministre gabonais s’est tristement illustré. Il s’agirait de celui en charge de la communication par ailleurs  porte-parole du gouvernement qui aurait été surpris en plein délit d’adultère avec sa collaboratrice madame Rose OGOUEBANDJA KPATCHAVI, épouse de Monsieur Noël Hiverto Kpatchavi, chef d’entreprise et béninois d’origine.

Le sieur Hiverto Kpatchavi homme d’affaire et Directeur Général d’une société, installée au Gabon depuis belle lurette, a lui même  surpris son épouse à leur domicile, dans leur lit conjugale avec le Ministre Gabonais rapporte plusieurs médias. La scène a eu lieu le le dimanche 04 Décembre dernier. Et l’homme qui a eu la surprise de sa vie a, après avoir pris ses jambes à son cou sous les menaces du garde armé du ministre « voyou », décidé d’écrire au Chef de l’Etat gabonais pour le mettre au parfum de la scène qu’il venait à laquelle, d’assister.

« Le dimanche 04 décembre 2016 vers 19 heures, je rentrais chez moi à Okala carrière à Libreville quand, à ma grande surprise, j’ai vu Monsieur Alain Claude Bilé BI NZE dans une position inconfortable avec mon épouse, Madame Rose OGOUEBANDJA KPATCHAVI, sa collaboratrice au ministère ; dans ma chambre à coucher. Par respect pour votre autorité, vous voudriez bien me permettre de vous épargner des détails. Toujours est-il que, surpris, j’ai demandé au Ministre ce qu’il cherchait, à moitié découvert, chez moi avec mon épouse. Aussitôt, une violente altercation s’est déclenchée entre nous deux. Ensuite, il appela au secours son garde de corps. Ce dernier entra et me menace de son arme devant mes enfants d’à peine 5 ans. N’étant pas préparé à cette éventualité, j’ai dû fuir mon propre domicile pourchassé que j’étais par le garde du corps armé. Je me suis alors rendu à l’Ambassade du Bénin près le Gabon pour y trouver protection. Dans la matinée du lundi, j’ai dû partir précipitamment du Gabon pour le Bénin. »

Dans sa lettre, Noël Hiverto Kpatchavi explique que sa femme et lui sont en union légale et religieuse depuis le 07 Juillet 2007. Selon lui, tout aurait commencé depuis la nomination de son épouse au poste de Conseillère technique au digital et aux nouveaux médias au ministère de la Communication. C’est dès cet instant que le ministre aurait commencé son harcèlement qui a fini par payer. Monsieur Kpatchavi avoue avoirs sous l’effet des soupçons, simuler un voyage afin de surprendre les tourtereaux.

« Excellence Monsieur le Président de la République, le monde entier connaît votre attachement aux valeurs républicaines, à la démocratie et surtout à la famille. Face à cette situation qui m’embarrasse au plus haut point, surtout que j’ai été menacé devant mes enfants et dans ma propre maison, j’ai décidé de confier cette affaire à la justice. J’implore votre autorité et votre sagesse légendaire de bien vouloir aider à la manifestation de la vérité. Car un ministre en fonction sous nos tropiques, dans la plupart des Etats africains, est trop influent pour laisser les coudées franches à la justice, pour la manifestation de la vérité. J’aurais souhaité cette lettre confidentielle mais votre collaborateur me disait qu’il a les moyens de me faire regretter de l’avoir surpris avec ma propre femme. J’ai craint donc que ces tentacules interceptent tout courrier provenant de moi. Vous m’excuserez donc pour le caractère public donné à cette lettre. C’est juste pour me rassurer qu’elle vous parviendra d’une manière ou d’une autre.

Pour Monsieur Noël Hiverto Kpatchavi, l’issue est clair, il faudrait que le Ministre Monsieur Alain Claude Bilé BI NZE reponde librement de ses actes devant la justice.