Prix Renaudot et Goncourt : Gaël Faye et Leïla Slimani toujours en lice

Dakarmidi – Le jury du prix Renaudot et l’académie Goncourt ont dévoilé leurs secondes listes respectivement lundi soir et mardi

Lundi 3 octobre, c’est le jury du prix Renaudot, présidé par Frédéric Beigbeder, qui a ouvert le bal en dévoilant sa seconde sélection. Sur les 18 romans et six essais, ils ont réduit la liste à huit romans et quatre essais. Notre consœur Leïla Slimani est toujours en lice, mais aussi Gaël Faye, lauréat du prix du roman Fnac pour son premier roman Petit pays, qui, avec Laurent Mauvignier et Serge Joncour, fait partie des  trois ajouts absents de la première sélection.
Prochain tour de table, le 24 octobre.
C’est mardi que l’académie du Goncourt, présidée par Bernard Pivot, a rendu sa sélection de huit titres. On y retrouve encore Gaël Faye, désormais en lice pour six des huit principaux prix littéraires de cette fin d’année (Renaudot, Medicis, Interallié, Femina et Grand prix du roman de l’Académie française).
Le prix sera remis le 3 novembre, au restaurant Drouant, en même temps que le prix Goncourt.

Sélection Renaudot 2016 «Romans»
Le Dernier des nôtres, par Adélaïde
de Clermont-Tonnerre (Grasset)
Cannibales, par Régis Jauffret (Ed. du Seuil)
Repose-toi sur moi, par Serge Joncour
(Flammarion)
California girls, par Simon Liberati (Grasset)
Continuer, par Laurent Mauvignier (Minuit)
Babylone, par Yasmina Reza (Flammarion)
Chanson douce, par Leïla Slimani (Gallimard)
«Essais»
Poupe, par François Ceresa (Ed. du Rocher)
Laëtitia ou la fin des hommes, par Ivan Jablonka (Ed. du Seuil)
Sans oublier d’être heureux, par Marie-Dominique Lelièvre (Stock)
André Malraux et la reine de Saba, par Jean-Claude Perrier (Ed. du Cerf)
Sélection Goncourt 2016
Catherine Cusset, L’Autre qu’on adorait (Gallimard)
Jean-Baptiste Del Amo, Règne animal (Gallimard)
Jean-Paul Dubois, La Succession (L’Olivier)
Gaël Faye, Petit pays (Grasset)
Frédéric Gros, Les Possédées (Albin Michel)
Régis
Jauffret, Cannibales (Seuil)
Luc Lang, Au commencement du septième jour (Stock)
Leila Slimani, Chanson Douce (Gallimard)
Jeuneafrique.com