Ouverture AIBD, Ziguinchor voudrait que les vols a l’intérieur du pays soit maintenu à Leopold Sedar Senghor

Dakarmidi – L’ouverture de l’aéroport international de Diass aura beaucoup d’impacts sur les vols à l’intérieur du pays. Ces passagers qui sont déjà habitué à la facilité de leur déplacement se verront maintenant obligés de débourser plus cher pour pouvoir accéder a l’aéroport AIBD.

C’est pour cela que l’adjoint au maire, Seydou Sané invitant les autorités à prendre des mesures, a fait une requête à  l’Etat de laisser l’aeroport Léopold Sedar Senghor ouvert pour les vols a l’interieur du pays.

« Avec l’ouverture de la nouvelle structure aéroportuaire, les passagers des vols intérieurs risquent de subir de gros dommages. Si un avion quitte Ziguinchor pour Dakar, il fera 30 minutes de vol. Mais une fois à Diass, les passagers pourront faire plus de deux heures de temps de route pour rallier Dakar. C’est paradoxal », a fait remarquer M. Sané au cours d’un point de presse.

« Si les gens prennent des avions pour rallier Dakar c’est parce qu’ils sont pressés. C’est pourquoi ils déboursent pour rallier la capitale en 30 minutes. Si vous faites encore plus de deux heures de route, cela devient compliqué. Il y aura surtout de lourdes conséquences pour les évacuations sanitaires par voie aérienne’’, a souligné le premier adjoint au maire de Ziguinchor, indique la même source.

« En attendant l’effectivité des mesures d’accompagnement comme la construction du Train express régional (TER) et l’extension de l’autoroute à péage, nous lançons un appel aux autorités pour permettre aux vols intérieurs de Ziguinchor, Diourbel, Saint-Louis ou Tambacounda d’atterrir sur l’ancien site aéroportuaire de Yoff » , a signalé Seydou Sané.

Il signale que « L’Etat a fait de la Casamance une zone touristique d’intérêt national. Plusieurs touristes sont en train de revenir. Le billet en aller et retour s’élève à 125 000 FCFA, mais le passager qui arrive à Diass peut débourser près de 25 000 FCFA pour rejoindre le centre-ville dakarois«. Le tourisme dans cet zone du Sénégal risque de connaitre des tensions avec les frais de billet qui vont augmenter.

La rédaction