Mairie de Kaolack : Une pétition lancée pour le départ du Mariama Sarr…

Dakarmidi- Entre la Mairesse de la Ville Kaolack et ses mandants, ce n’est plus le grand amour ! Des habitants de la Ville de «Mbossé», qui jugent son bilan catastrophique à la tête du Conseil Municipal, viennent de lancer une pétition à travers les 49 quartiers de Kaolack pour le départ de Madame Mariama Sarr.
«Nous somme en plein dans la saison des pluies. La ville de Kaolack renoue  encore avec le phénomène des inondations .Les populations pataugent, déjà. Aucune action n’est alors entreprise pour les soulager. Du côté de la Mairie, c’est le silence mort ! », a dit d’un ton coléreux, Khalifa Wade. Le responsable politique du parti présidentiel à Kaolack, de s’en prendre  vertement au Ministre de la Fonction Publique : «Nous, nous en avons assez  de la gestion chaotique, voire catastrophique  de l’actuelle équipe municipale. Avec un budget de 3 Milliards 800 Millions de F CFA, aucune réalisation digne de gloire n’est à l’actif de Mariama Sarr. Dans son propre quartier de Médina Mbaba, les populations cohabitent avec les eaux. Au marché central de Kaolack, au marché au poisson et à la Rue Gallois, la saleté dicte sa loi .L’éclairage public est défaillant. Partout, c’est le désarroi du fait de l’incompétence, du manque de vision et de la mauvaise gestion de notre Maire », se désole M. Wade. Et après avoir dressé un tableau si  sombre  des 5 ans de Mariama Sarr à la tête de l’institution  municipale, Khalifa Wade et Cie,  de lancer une pétition pour se débarrasser d’elle : «Trop, c’est vraiment trop. Mariama Sarr a trahi les espoirs placés en elle. Le budget mis à sa disposition lui sert d’argent de poche. Et c’est ce qui nous a poussés à lancer une pétition dans tout Kaolack pour son départ immédiat et sans délai. Les 49 quartiers de Kaolack seront investis pour sensibiliser, au mieux,  les populations. Cette dame est un véritable drame pour Kaolack. Sur ce, nous interpellons directement le Président de la République son Excellence Macky Sall sur le cas de Kaolack. Nous avions fait un bon score pour le réélire. Notre apport a été déterminant pendant la dernière présidentielle et, on ne mérite pas le sort que nous vivons, aujourd’hui », a –t-il laissé entendre, avec fougue.

 

Avec Ibrahima Ngom (Correspondant)