Cheikh Amar à Serigne Ahma Mbacké : « en disciple rompu, je ne céderai jamais au chantage »

Dakarmidi  – Il n’est pas de coutume à retourner les propos arides teintés de chantage manœuvrier. Mais Cheikh Amar ne pouvait pas non plus rester indifférent face à l’accusation ubuesque de Serigne Ahma Mbacké qui s’est illustré tristement en violant toutes les règles d’élégance, motivé en cela par une excitation féroce à vouloir satisfaire un libido ou encore une concupiscence. Le nom de Cheikh Amar est aujourd’hui étroitement lié à Touba, et cela ne saurait souffrir d’aucune conséquence surtout dans la haute hiérarchie mouride.

A travers un communiqué rendu public, le Mbacké-Mbacké a ouvertement accusé le patron de Tse, des accusations fallacieuses, infondées, avec comme supports calomnies et vilenies. Et par souci d’équilibre, Dakarmidi a donné la parole à l’accusé qui a pris la balle au rebond en levant un coin du voile qui permettra à nos lecteurs d’y voir un peu plus clair sur cette affaire de filouterie à triple contour.

Le PDG de TSE a d’emblée tenu à préciser que le jeune marabout est « un faux dévot » qui depuis un temps cherche à lui soutirer de l’argent. « Cela fait des mois qu’il me réclame 20 millions, ce que j’ai catégoriquement refusé. Parce que, je ne vois pas de raison à donner une telle somme, à un jeune marabout qui ne l’investit pas au retour dans la voie de son illustre grand-père, a-t-il révélé. Cela lui fait dire que Serigne Ahma Mbacké a voulu tout simplement passé outre mesure, le respect et le bon sens pour se cristalliser au dénigrement et à la duperie. Mais « qu’il se le tienne pour dit, ses tentatives seront vaines, ce que j’ai fait pour Serigne Saliou et Touba, il n’aura jamais le coeur ni la foi de le faire.

Ce n’est pas pour rien que Serigne Saliou m’a élevé au rang de Djewrigne. J’ai mis plus de 11 milliards à Touba, et je continuerai par la grâce de Dieu, de le faire car telle est mon humble mission sur terre, servir avec grâce Khadim Rassul. Je l’appelle donc à conjuguer son temps à la quête du savoir et à se focaliser dans les ondes que produisent les khassidas sur une chair, et au-delà sur l’âme, j’ai foi en Serigne Touba et nul ne pourra entacher ou altérer ce sentiment fort, loin du doute, qui me lie à sa noble progéniture ».

La Rédaction